•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un étudiant matanais sacré champion canadien de loopstation beatbox

Bon pied, bonne heure!

Avec Isabelle Lévesque

En semaine de 6 h à 9 h

Un étudiant matanais sacré champion canadien de loopstation beatbox

Rattrapage du mardi 26 novembre 2019
Rémi Geoffroy lors d'une performance aux Championnats canadiens de beatbox.

Rémi Geoffroy, alias Rime, est le deuxième à être sacré champion canadien de loopstation.

Photo : Zach MacPherson

Rémi Geoffroy, alias Rime, a remporté ce titre convoité le 23 novembre à Toronto, lors des Championnats canadiens de beatbox. L'étudiant en animation 3D au Cégep de Matane, originaire de France, représentera le Canada aux prochains championnats du monde en Allemagne l'été prochain.

C'était très intéressant parce que le niveau était très relevé par rapport à l'année dernière, affirme l'étudiant en lien avec cette compétition nationale de beatbox, un art qui consiste à créer des sons uniquement avec sa bouche.

J'ai été très impressionné, surtout par mon adversaire en finale, il était très bon, ajoute-t-il.

La soirée s'est terminée sur une note encore plus riche en émotions pour Rémi Geoffroy, lorsqu'il a été sacré champion canadien de loopstation, un appareil électronique qui permet d'enregistrer des boucles musicales en direct.

Lorsque [ l'arbitre ] a levé ma main lorsque j'ai gagné, je n'ai pas trop compris ce qui se passait. J'avais toute l'adrénaline du battle d'avant et le soulagement d'avoir gagné, explique-t-il.

J'arrivais pas trop à le réaliser sur le moment, j'étais sur le point de brailler. C'était vraiment intense.

Rémi Geoffroy, champion canadien de beatbox

Ce sont ses performances en duel, communément appelé battle, au cours desquelles il reprend et modifie des compositions de d'autres artistes, qui lui ont valu cette victoire.

Sur scène, Rémi Geoffroy tient son visage avec ses deux mains, les yeux fermés sous le coup de l'émotion.

Rémi Geoffroy admet avoir eu les larmes aux yeux lorsqu'il a été sacré champion.

Photo : Zach MacPherson

C'est vraiment affronter quelqu'un, mais sans utiliser la violence, c'est-à-dire utiliser l'art pour affronter la personne, ce qui fait que lorsqu'on est sur le stage, on est adversaires, mais ça n'empêche pas que par la suite on peut être amis, précise le champion.

Selon Rémi Geoffroy, il ne faut pas nécessairement maîtriser le beatbox pour s'initier à la loopstation.

Moi, j'ai une loopstation qui se joue au niveau des mains. Faut potentiellement savoir beatboxer et chanter si on veut faire quelque chose par nous-mêmes, mais la loopstation ne se limite pas seulement à une performance vocale. Il existe aussi des loopstations à pédales qu'on peut utiliser pour faire de la guitare, du synthé ou tout type d'instrument électronique, explique-t-il.

Bien qu'il représentera le Canada lors des championnats du monde à Berlin l'été prochain, l'étudiant matanais admet que ses racines françaises ont influencé son intérêt pour le beatbox.

Actuellement, la France est l'un des plus grands pays en beatbox, il y a beaucoup de champions du monde, donc c'est pas mal la France qui m'a inspirée à commencer le beatbox, confie-t-il.

Les résidents de Matane pourront l'entendre lors du concert de Noël de l'École de musique le 14 décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi