Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Isabelle Lévesque
Audio fil du mardi 1 octobre 2019

Kaméléart reprendra du service en 2020

Publié le

Le chanteur et conteur joue de la guitare en chantant sur le plateau d'En route vers le gala de l'ADISQ.
Fred Pellerin   Photo : Radio-Canada / Mathieu Lavoie

En février dernier, le diffuseur de spectacles de la Matanie, Kaméléart, suspendait ses activités pour entreprendre une période de réflexion. Huit mois après cette annonce, l'organisme confirme qu'il reprendra la diffusion de spectacles en février ou mars 2020.

Les premiers spectacles qui sont pas mal bookés sont en mars, mais le souhait est de revenir avec un événement à la fin février, affirme la directrice générale de Kaméléart, Marie-Claude Soucy.

Le groupe Bears of Legend sera notamment en spectacle en mai prochain, de même que le conteur Fred Pellerin en septembre.

On a une superbe programmation, très équilibrée, pas mal d'humour, beaucoup de chanson, un peu de théâtre aussi, ça devrait être une belle année, se réjouit Mme Soucy.

Mettre fin au statu quo

Même si on a parlé de suspension, ça ne voulait pas dire qu'on ne travaillait pas, indique le président du conseil d'administration du diffuseur, Bobby Marmen.

On a fait appel à un consultant qui est venu nous aider pour tracer un bilan et voir comment on pourrait réorganiser le tout pour nous permettre de bien assurer la diffusion de spectacles, et en même temps d'établir un lien peut-être différent avec la Ville de Matane, explique-t-il.

Bobby Marmen dans une salle de spectacles.
Le président du conseil d'administration de Kaméléart, Bobby Marmen Photo : Radio-Canada/Jean-François Deschênes

Le consultant en question est l'ex-député de Gaspé et membre du conseil d'administration de CD Spectacles à Gaspé, Gaétan Lelièvre.

Gaétan a une belle vision politique, qu'elle soit municipale ou provinciale, et en plus il a l'expérience d'un ancien directeur de ville et de MRC qui a eu à gérer des constructions de salle. Il a vraiment un point de vue de 360 degrés, c'est ça qui est intéressant pour notre dossier, souligne Mme Soucy.

Il est ressorti une grande phrase clé de toute cette période de réflexion : le statu quo n'est plus envisageable. Continuer de travailler dans l'état de la situation actuelle, personne chez Kaméléart ne veut ça.

Marie-Claude Soucy, directrice générale de Kaméléart

La directrice générale ajoute que son équipe a eu plusieurs rencontres avec la Ville de Matane.

La première, c'était vraiment d'asseoir les choses et de se dire d'où venaient les problématiques. On avait une belle écoute, c'était très intéressant. Et le travail avec Gaétan, c'était de s'assurer que ces efforts-là ne retombent pas, de les maintenir et de renforcir la démarche, explique-t-elle.

À la recherche d'une salle de spectacles

M. Lelièvre a notamment encouragé le diffuseur à former un comité de travail avec la Ville de Matane, qui serait distinct du conseil d'administration, pour approfondir les réflexions sur l'utilisation d'une salle de spectacles.

Le nerf de la guerre est là. En Matanie, on n'a pas de vraie salle de spectacles, on diffuse dans des lieux qui ne sont pas vraiment adaptés aux besoins des arts de la scène.

Marie-Claude Soucy, directrice générale de Kaméléart

Des fois, on n'a pas accès aux coulisses et on en a besoin, les loges sont inadaptées, voire inexistantes dans certains cas, c'est plein de petites problématiques. À la polyvalente, le public est vraiment très bien installé, ce qui n'est pas le cas au cégep, précise-t-elle.

Le diffuseur est à la recherche d'une solution temporaire qui puisse répondre à ses besoins.

Présentement, on est à dresser des listes de besoins, identifier des problématiques dans les lieux pour pouvoir analyser ça d'ici les Fêtes et possiblement, je dis bien possiblement, choisir un lieu et s'y consacrer pour le bonifier et l'améliorer. C'est notre objectif. Est-ce qu'on va réussir? Je ne sais pas, mais c'est vers ça qu'on tend, assure Mme Soucy.

Chargement en cours