•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les dénonciations sur Instagram, le reflet d’un système de justice déficient?

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Les dénonciations sur Instagram, le reflet d’un système de justice déficient?

Illustration d'une femme se protégeant d'agressions.

Des victimes d'inconduites sexuelles ont lancé une vague de dénonciations publiques sans précédent.

Photo : iStock

« L'objectif du système criminel n'est peut-être pas ce que recherchent les victimes. » Pour la professeure de droit Rachel Gagnon et le chroniqueur Yves Boisvert, l'importante vague de dénonciations d'inconduites sexuelles sur les réseaux sociaux comporte des risques, mais elle est tout à fait compréhensible. Selon la sociologue Sandrine Ricci, les victimes qui ont recours à ce moyen veulent créer un climat de solidarité et d'imputabilité, mais aussi faire de la prévention. Les trois experts expliquent à Stéphan Bureau que ces dénonciations publiques sont comme des rappels à l'ordre.

C’est pour interpeller. On interpelle les agresseurs, on interpelle leur entourage, qui a parfois été témoin silencieux ou témoin complice. C’est en termes de prévention de la violence à caractère sexuel. […] On parle beaucoup des procédés de dénonciation, mais ce serait intéressant qu’on s’intéresse aussi à la problématique et aux interventions.

Sandrine Ricci

Réfléchir collectivement

« Il y a des victimes qui s’adressent aux réseaux sociaux à défaut d’avoir le sentiment qu’elles seraient bien accueillies par le système de justice, souligne Rachel Gagnon. Il y a des victimes aussi qui […] ont surtout besoin de trouver une communauté qui partagent leur expérience et avec qui elles peuvent réfléchir collectivement. »

La justice est là

« Il ne s’agit pas de dire qu’il faut absolument aller devant la justice, dit Yves Boisvert. C’est de rappeler qu’elle existe aussi, cette justice. Elle n’est pas totalement nulle. Si on la déserte complètement, on laisse courir des agresseurs. […] Maintenant, on n’est pas obligé non plus, comme victime, de faire face à ça. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi