•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le confinement presque total est-il excessif?

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Le confinement presque total est-il excessif?

Une femme regarde par la fenêtre de sa maison.

Les autorités ont-elles exagéré les mesures de confinement?

Photo : iStock

Selon le médecin et chercheur Benoît Mâsse, il était justifié de confiner la population en réponse à la pandémie de COVID-19 afin de donner une marge de manœuvre aux systèmes de santé. L'économiste et chercheur Gaël Campan, pour sa part, croit qu'on a exagéré la portée de la maladie, et que les dommages collatéraux du confinement sont trop importants. Les deux experts débattent au micro de Stéphan Bureau, tout en convenant que l'évolution constante de la pandémie nécessite des adaptations rapides.

« On sait que les fameux modèles [qui ont] justifié le déclenchement du confinement étaient complètement défectueux, souligne Gaël Campan. Donc, aujourd’hui, il faudrait tirer les enseignements de ces trois ou quatre derniers mois d’expérience et avancer vers d’autres approches plus ciblées et moins dommageables pour la population. »

Mieux vaut trop que pas assez

« Lorsqu’il y a beaucoup d’inconnues, les mesures préventives n’ont pas d’effet immédiat; ça prend trois à quatre semaines avant de savoir si ça fonctionne, indique Benoît Mâsse. Si on commence trop léger ou trop mitigé et qu’on doit attendre trois ou quatre semaines avant de s’apercevoir que ça ne fonctionne pas, on doit resserrer la vis et on vient de donner trois, quatre semaines d’avance au virus. Alors, on fait plutôt l’inverse : on commence beaucoup plus fort, quitte à relâcher la vis. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi