•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment la pandémie redessine le marché immobilier

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Comment la pandémie redessine le marché immobilier

Pancarte de maison à vendre avec la maison en arrière plan.

Pancarte de maison à vendre à Montréal.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Cette semaine, le plateau argent s'intéresse à l'immobilier, un secteur que la crise de la COVID-19 a grandement inquiété. En compagnie d'invités et de collaborateurs, Stéphan Bureau explore les effets du confinement, de l'arrêt de la construction pendant plusieurs semaines et de la crise économique qui se profile sur l'immobilier résidentiel et commercial.

Georges Bardagi, courtier immobilier pour RE/MAX, parle du marché des particuliers, qui revient doucement à l’équilibre au Québec.

Notre collaboratrice Diane Bérard, journaliste indépendante, propose des pistes de solution pour faciliter l’accès à la propriété au Canada.

Michel Léonard, président et chef de la direction du Fonds de placement immobilier BTB, discute du marché commercial, dont le principal problème actuellement est le paiement des loyers.

Christophe Bourreau, directeur associé de l’agence immobilière Barnes à New York, fait un état des lieux de la situation dans ce marché phare de l’immobilier.

Notre collaborateur Marc-André Sabourin, journaliste à L’actualité, présente les effets catastrophiques de la crise de la COVID-19 sur Airbnb et sur les entrepreneurs qui se sont bâtis de miniempires locatifs grâce à la plateforme, et qui se trouvent aujourd’hui menacés.

Enfin, notre collaborateur Julien Brault, fondateur et président de Hardbacon, discute de l'immobilier de luxe et d'un marché plutôt insolite réservé aux ultrariches : celui des îles.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi