Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mercredi 17 juillet 2019

Les sacrifices à faire pour partir un an autour du monde en famille

Publié le

Édouard Lespérance, Alix Emanuela Ruiz, Jules Lespérance et Marc-Olivier Lespérance au micro de Stéphan Bureau.
Édouard Lespérance, Alix Emanuela Ruiz, Jules Lespérance et Marc-Olivier Lespérance   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Pas besoin d'être millionnaire pour découvrir la planète avec les siens. Pour Marc-Olivier Lespérance et Alix Emanuela Ruiz, il aura fallu 15 ans de réflexion et 5 ans de planification stricte. En économisant, en vendant leurs voitures, en louant leur maison et en limitant les dépenses inutiles, ils ont ainsi pu faire voir la Russie, la Mongolie, la Chine, le Vietnam, le Laos, la Thaïlande, l'Indonésie, le Panama, le Costa Rica, le Nicaragua, le Honduras, le Salvador, le Guatemala et le Mexique à Édouard, 12 ans, et à Jules 11 ans. Ils racontent à Stéphan Bureau comment ils ont pu vivre avec 132,08 $ par jour pendant 53 semaines.

« C’est un rêve qu’on avait », affirme Alix Emanuela, qui s’est chargée de la scolarisation des deux garçons au cours du périple. « Tous nos choix ont été faits en fonction de ce rêve-là. Que ce soit l’achat de la maison, la voiture… Si on voulait le réaliser, ce rêve, c’était des choix qu’on faisait de façon logique. Je n’ai pas l’impression d’avoir été contrainte à quoi que ce soit ou d’avoir fait d’énormes sacrifices. Ça allait de soi. »

À la maison, je lis beaucoup, donc, je voulais apporter beaucoup de livres. Je les ai téléchargés sur mon iPad, donc ça, c’était cool. Je voulais aussi emmener mes amis, mais ça, je ne pouvais pas.

Édouard, 12 ans

Le confort malgré tout

« Les fois où n’a pas été confortables, même si on avait eu un budget illimité, on n’aurait pas pu faire autrement, souligne Marc-Olivier. Par exemple en Mongolie : on voulait aller rejoindre la tribu d’éleveurs de rennes. On avait beaucoup de route à faire. On était reçus dans des familles qui auraient donné ciel et terre, mais eux dorment à trois ou quatre dans un lit simple. On dormait par terre. »

Pour la bouffe, moi, j’ai préféré la Chine. Pour les paysages, la Mongolie et l’Indonésie.

Jules, 11 ans

Chargement en cours