Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mardi 9 juillet 2019

L’étonnante diversité culturelle du Nunavut

Publié le

Une prise de vue d'Iqaluit, la capitale du Nunavut, depuis une colline, ce qui permet de voir une série d'immeubles.
Iqaluit, la capitale du Nunavut   Photo : Radio-Canada / Mario De Ciccio

Parmi les 36 000 personnes qui habitent sur ce territoire dont on célèbre cette année le 20e anniversaire, on trouve une communauté africaine, une communauté asiatique, ainsi qu'un groupe-culte de heavy metal, entre autres. En ce Jour du Nunavut, Eilís Quinn, journaliste, et le Dr Patrick Foucault, médecin, expliquent à Stéphan Bureau que le dernier territoire canadien officiellement constitué est loin d'être la terre d'isolement et de solitude que l'on s'imagine.

« Les gens nous demandent : "Qu’est-ce que tu fais là-bas? Tu ne te sens pas seul?" Mais c’est un lieu où il y a beaucoup de rencontres possibles », souligne Patrick Foucault.

Nombreuses possibilités

« Règle générale, je pense que les gens s’établissent au Nunavut parce qu’ils ont de la famille ici, poursuit-il. Il y a quand même de très bons emplois, les possibilités sont très [nombreuses]. Ce sont souvent des gens qui choisissent d’immigrer au Canada et qui s’imaginent le Canada comme un pays de froid, de noirceur. Ça ne les dérange pas trop de vivre dans le nord ou dans le sud. Une fois qu’ils arrivent à Iqaluit, ils découvrent toutes sortes de possibilités. Ça les fait rester. »

C’est un microcosme du Canada.

Dr Patrick Foucault

Les Colocs du froid

Sur la scène culturelle, Eilís Quinn compare l’importance des vétérans rock de Northern Haze à celle des Colocs, au Québec. « Tout le monde les connaît, dit-elle. Quand ça joue dans un party, c’est quelque chose qui appartient à tout le monde. »

Selon elle, l’émergence de plateformes comme Spotify et iTunes donne à ces artistes un regain de popularité et leur permet de rayonner au-delà des frontières du Nunavut : « C’est comme s’ils avaient une deuxième vie. Ça ne se partage pas juste dans la communauté inuit du Nunavut, mais aussi en Alaska et au Groenland. »

Chargement en cours