•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Rosalie Vaillancourt : la liberté dans l’absurdité

Au moyen d’un sketch amusant, Rosalie répond à une question qui préoccupe bien des jeunes : « Pourquoi ça prend un premier ministre? »

Rosalie Vaillancourt

Photo : Zone 3

« Je ne veux pas faire de la peine à des gens. Je ne veux pas rire des gens. Je veux rire avec les gens. » Selon l'humoriste, l'ultime limite en humour est celle du respect. Si elle considère qu'il est nécessaire de transgresser les limites et de choquer, il lui est arrivé de retirer de ses numéros des blagues offensantes envers autrui, et elle déplore les paroles de certains collègues. À l'occasion de Moé et l'autre, un nouveau spectacle livré en tandem avec Katherine Levac, Rosalie Vaillancourt explique à Stéphan Bureau comment le fait d'être une femme permet de donner une tournure absurde à certains gags.

Il faut que ça soit quand même de bon goût, mais il faut aller tout le temps aux limites pour montrer ce que les femmes sont capables de faire, ce qu’on peut dire… J’aime voir les limites de ce qu’une femme peut dire. Sur scène, c’est sûr que les limites ne sont pas les mêmes [pour les hommes et pour les femmes].

¸Rosalie Vaillancourt

« Les gars ne peuvent plus aller vers ces limites-là, parce je pense qu’ils ont dépassé trop souvent les limites, dit aussi l’humoriste. Tandis qu’une femme, je pense que ça n’a pas été vu, encore. C’est quasiment absurde. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi