•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Les gauchers, une histoire d’oppression et de différence

Montage de photos de Barack Obama et de Ronald Reagan.

Deux gauchers célèbres : Barack Obama et Ronald Reagan

Photo : Getty Images

« À gauche, on met toujours les mauvais personnages, et à droite, les meilleurs. » Un spécialiste de l'histoire des gauchers utilise une règle de la peinture sacrée pour illustrer qu'après un Moyen-Âge plutôt tolérant, les gauchers ont progressivement été mis au ban de la société. Les règles de la morale et de la bienséance prescrivaient de manger, de prier et d'effectuer tout autre geste « noble » avec la main droite, faisant des gauchers des parias. Pierre-Michel Bertrand parle à Stéphan Bureau des aptitudes particulières liées à l'utilisation de l'hémisphère droit du cerveau, qui contrôle la main gauche.

Un enfant gaucher à qui on empêche d’utiliser sa main gauche et qu’on oblige à utiliser sa main droite, c’est une violence. Il ne sait pas faire! En plus, non seulement il ne sait pas faire, mais il ne comprend pas pourquoi il ne devrait pas faire comme ça, parce que lui, il est porté à faire avec sa main gauche. Donc, ça entraîne en effet des désordres psychologiques, et peut-être même neurologiques, qui vont, eux, entraîner plein d’effets pervers comme le bégaiement.

Pierre-Michel Bertrand

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi