•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Suivre l’évolution de la pandémie de COVID-19 grâce aux eaux usées

Une main ganté qui tient une fiole d'eau

L’analyse des eaux usées se veut un complément aux tests cliniques et au traçage.

Photo : getty images/istockphoto / kozorog

Établir la prévalence du coronavirus dans la population à partir de l'analyse des eaux usées, c'est le travail de l'ingénieur Peter Vanrolleghem, professeur au Département de génie civil et de génie des eaux de l'Université Laval. Il explique que cette surveillance des eaux usées donne une tendance de l'évolution de la pandémie avec une semaine d'avance sur les tests cliniques.

Peter Vanrolleghem décrit comment fonctionne la surveillance du virus de la COVID-19 dans les eaux usées, qui est complémentaire aux tests de dépistage individuel et au traçage.

Il explique que la limite de détection dans les eaux usées est de 1 personne infectée sur 10 000 qui rejette du virus dans ses selles, dans son eau de douche ou lors du brossage des dents.

Si cette méthode n’a pas pu être employée dès le mois de mars pour prévenir la pandémie au Québec, c’est que le coronavirus n’était pas suffisamment connu à l’époque pour pouvoir être détecté dans les eaux usées.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi