•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’insoutenable détresse des agriculteurs

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

L’insoutenable détresse des agriculteurs

Silhouettes d'un tracteur dans un champ survolé de plusieurs corbeaux.

L'endettement, le stress et l'isolement guettent plusieurs entrepreneurs agricoles.

Photo : iStock

« On devient de la machinerie. Comme un tracteur. » Il y a 20 mois, Jean-François Hébert, cofondateur de la fromagerie Ruban bleu, à Mercier, s'est enlevé la vie, écrasé comme tant d'autres agriculteurs par l'endettement, le stress, les pressions environnementales, la bureaucratie, l'isolement, la pression du public et tant d'autres difficultés propres à son milieu. Caroline Tardif, sa compagne et copropriétaire, de même que la psychologue Pierrette Desrosiers parlent à Stéphan Bureau de la quasi-impossibilité de prendre du temps pour soi lorsqu'on travaille la terre.

« Tout le monde peut jongler avec deux balles, dit Pierrette Desrosiers. Mais avec six balles, on les échappe. […] J’ai vu des gens me dire : "À 60 ans, je n’ai jamais travaillé autant." »

On venait d’acheter, trois jours auparavant, des billets pour partir en vacances au mois de janvier avec les enfants. Je faisais juste lui dire : "Patience, je sais que t’es fatigué, mais tu vas voir, on va se reposer au mois de janvier." On avait une fatigue accumulée depuis 15 ans avec l’incendie, la crise de la listériose, la pénurie de main-d’œuvre… Tout arrivait un peu en même temps. Je voyais qu’il était fatigué, mais pour moi, ça restait quelqu’un de tellement fort et grand.

Caroline Tardif

Ressources d’aide pour les agriculteurs en détresse

  • La ligne APPELLE : 1 866 277-3553
  • Au Cœur des familles agricoles (ACFA) : 450 768-6995

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi