•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

L’appel à la décroissance du photographe écologiste Yann Arthus-Bertrand

Le photographe Yann Arthus-Bertrand souriant à la caméra.

Yann Arthus-Bertrand

Photo : afp via getty images / ERIC FEFERBERG

« La beauté du monde ne suffit plus pour réfléchir. Il faut qu'on en ait un peu plus. » Connu pour le livre et le documentaire La Terre vue du ciel, la fondation GoodPlanet de même que les films Home, Planète océan et Human, Yann Arthus-Bertrand se voit davantage comme un journaliste qu'un artiste. À l'occasion de la sortie de son nouveau film, Femme(s), il explique à Stéphan Bureau que la pandémie de COVID-19 prouve qu'il est possible d'arrêter le cycle de la surconsommation.

Malheureusement, on vit dans un monde où l’on a besoin de la croissance. C’est la croissance qui paie les hôpitaux, les écoles, les routes… Donc, la croissance ne peut pas s’arrêter. En France, tout le monde des chiffres, des faillites d’entreprises, des 200 000 chômeurs en plus qui vont arriver […] Il y a un manque de confiance en l’avenir dans ce monde qu’on nous prépare. Si l'on avait prévu une décroissance et qu’on l’avait préparée des années avant, ça se serait beaucoup mieux passé. On est dans une tyrannie, une religion de la croissance.

Yann Arthus-Bertrand

Le film Femme(s), de Yann Arthus-Bertrand et Anastasia Mikova, sera en salle au Québec le 28 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi