•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les délicates conditions préalables pour coloniser Mars

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Les délicates conditions préalables pour coloniser Mars

Un homme en tenue d'astronaute, un genou à terre, sur une terre rouge.

Matt Damon dans le film Seul sur Mars (2015), de Ridley Scott

Photo : 20th Century Fox

Pour assurer la survie et le développement de l'espèce humaine sur la planète rouge, il faudrait envoyer 110 humains, selon Jean-Marc Salotti. Le professeur d'informatique français a mis au point une équation qui tient en compte la naissance d'enfants dans une future colonie, et l'exploitation de ressources locales, telles l'eau, le gaz et le minerai. Il parle à Stéphan Bureau de bien choisir le lieu d'atterrissage sur Mars afin d'assurer un accès à ces ressources, et de convenir du niveau technologique d'une future société martienne.

Si on devait aller sur Mars et s’y établir, de toute façon, on aurait des connexions avec la Terre. Donc on pourrait envoyer assez régulièrement les toutes dernières technologies du moment. […] Dans un contexte de survie où il n’y aurait plus de communication possible entre la Terre et Mars – par exemple, un astéroïde géant qui viendrait percuter la Terre […] – se poserait le problème de la survie sur une autre planète avec peu de moyens pour y parvenir.

Jean-Marc Salotti

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi