•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Préposés aux bénéficiaires : conversation avec un retraité et une recrue

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Préposés aux bénéficiaires : conversation avec un retraité et une recrue

Les deux femmes sont assises l'une en face de l'autre.

Une préposée aux bénéficiaires discute avec une résidente dans un CHSLD.

Photo : Radio-Canada

« Ce n'est pas juste un métier de bras. [...] Il y a un travail de cœur, aussi. » Selon Christian Paquette, qui a passé 37 ans dans les centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD), un bon préposé aux bénéficiaires fait preuve de respect, d'empathie et de compassion. Anne-Marie Leclerc, 41 ans, s'est inscrite comme étudiante en formation accélérée après avoir été aidante naturelle pour sa mère, et après avoir entendu l'appel de François Legault. Ils expliquent à Stéphan Bureau comment le fait de s'investir auprès des personnes âgées fait une différence à leur avis.

M. Paquette croit que les personnes qui suivent la formation accélérée devront non seulement apprendre le savoir-faire, mais aussi le savoir-être.

C’est vraiment un nouveau défi; c’est une restructuration de carrière. J’ai toujours eu le désir d’être infirmière, mais je n’avais pas les notes. J’ai décidé d’aller aider autrement, en administration. […] Quand tout ça est arrivé, je n’avais pas les moyens de retourner à école, mais quand le premier ministre a proposé [la formation accélérée], on dirait qu’il m’appelait. C’est à moi qu’il s’adressait, cette journée-là.

Anne-Marie Leclerc

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi