•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Être policier quand on a la peau noire

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Être policier quand on a la peau noire

Un policier noir utilise un émetteur radio.

Un agent de police noir

Photo : iStock

« Je suis devenu policier principalement pour aider les personnes victimes de violence, arrêter les méchants, en termes plus simples. » Jean Hervé Louis et Philippe Sylla ont eu des expériences bien différentes avec les forces policières avant de les intégrer. L'un a connu le profilage racial, l'autre non. Les deux policiers parlent à Stéphan Bureau de travailler avec le système en place pour changer les choses, et non contre lui.

Jean Hervé Louis et Philippe Sylla croient tous deux que le profilage racial est un problème qui doit être réglé, mais s’inquiètent que les mesures prises par les corps de police rendent plus difficile l’interpellation des contrevenants.

Quand on a un appel d’urgence comme policier, qu’on se rend sur les lieux et que la description qu’on a est sommaire, est-ce qu’on prend la chance de laisser aller un individu parce qu’il est de race noire par peur de faire du profilage ou est-ce qu’on fait notre travail? On essaie de le faire de façon plus consciencieuse. On s’explique aussi, par la suite, […] si on a fait erreur sur la personne.

Philippe Sylla

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi