•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Horacio Arruda : « Il faut se préparer à ce qui s’en vient »

Gros plan du Dr Horacio Arruda.

Le directeur de la Santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« Mon principal souhait, c'est qu'on soit dans une séquence de petites vagues sur lesquelles on va avoir le contrôle », dit le directeur national de santé publique au sujet de l'automne à venir sous le signe de la COVID-19. Selon M. Arruda, la situation est moins tendue qu'elle l'a déjà été, mais elle demeure préoccupante. Il révèle à Stéphan Bureau que la contagion avant l'apparition de symptômes a pris la santé publique par surprise, et fait valoir que le Québec ne peut se permettre des flambées hors de contrôle lors d'une éventuelle deuxième vague.

Le Dr Arruda estime que le virus recèle encore sa part de mystères, notamment en ce qui concerne les « supertransmetteurs », qui peuvent contaminer beaucoup de gens pour des raisons encore inconnues.

On avait pensé que, tout comme pour l’influenza, les enfants seraient de hauts transmetteurs pour les autres personnes, ce qui n’est pas le cas. On sait plus de choses, maintenant, sur le traitement – notamment l’utilisation de certains stéroïdes qui peuvent aider certains patients; il y a une [diminution] de la mortalité associée aux nouveaux cas. Mais c’est un nouveau virus qui peut aussi encore muter et nous apporter certaines surprises.

Horacio Arruda

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi