•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

La crise de la COVID-19 met à l’épreuve les États quant à leur dette

Montage photo.

Benjamin Franklin porte un masque sur le billet de 100 dollars américains.

Photo : iStock

Si la pandémie de COVID-19 coûte très cher en vies humaines, elle pèse aussi sur les États, qui s'endettent pour financer des programmes d'aide d'urgence et de relance économique. De la Grèce à la Chine en passant par le Canada, Stéphan Bureau explore différentes pistes de solution à l'endettement des États, en compagnie d'invités et de collaborateurs.

Yves Giroux, directeur parlementaire du budget à Ottawa, regrette que le gouvernement fédéral n’envisage pas de déposer de mise à jour économique et budgétaire. « Ça serait une belle preuve de transparence, ça commence à presser », observe-t-il.

Angélique Kourounis, journaliste correspondante en Grèce, parle de la situation du pays qui s’apprêtait à se sortir de la crise de la dette avant que la pandémie de COVID-19 ne la frappe.

Notre collaborateur Marc-André Sabourin, journaliste à L’actualité, attire l’attention sur les pratiques financières de la Chine, devenue le plus important créancier au monde. Il raconte que la crise pourrait contraindre des États à lui céder des infrastructures pour éponger leur dette envers elle.

Notre collaborateur Julien Brault, fondateur et président de Hardbacon, avance des arguments en faveur de la privatisation d’Hydro-Québec.

Au lieu d'une réduction des revenus de l’État par une privatisation, notre collaboratrice Diane Bérard, journaliste indépendante, propose au contraire d'augmenter ces revenus. Elle suggère la création d’une nouvelle société d’État qui veillerait au développement de notre autonomie alimentaire par la mise en place d’un réseau de serres à travers le Québec.

Enfin, Jérôme Lussier, directeur associé de l’Institut du Québec, se penche sur la question du remboursement de la dette publique et apporte deux réponses : taxer la fortune ou forcer les institutions financières à prêter de l’argent à l’État à des taux inférieurs à l’inflation.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi