•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 50&nbsp;ans du film <em>Deux femmes en&nbsp;or</em>

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Les 50 ans du film Deux femmes en or

Les deux femmes regardent dans la même direction.

Monique Mercure et Louise Turcot dans le film Deux femmes en or, de Claude Fournier

Photo : France Film/Les films Claude Fournier

En mai 1970 sortait ce qui deviendrait le plus gros succès du cinéma québécois et un grand classique : Deux femmes en or. Son réalisateur, Claude Fournier, et la comédienne Louise Turcot racontent leurs souvenirs du tournage et de l'époque. L'auteure Catherine Léger, qui a adapté le film pour les planches en 2018, et le docteur en études cinématographiques Sacha Lebel, qui y a consacré sa thèse, expliquent pourquoi ce film les a tant marqués.

C'était un tournage absolument extraordinaire. [...] J'en garde un souvenir merveilleux, et je n'ai jamais été agacée par les commentaires, qui ont toujours été charmants et élogieux à mon égard. [...] J'avais fait ce film-là dans le but de vraiment me faire connaître du public, je l'avoue très honnêtement, et puis ça a marché à merveille, et ça ne m’a jamais brimée dans mes autres exercices.

Louise Turcot, actrice dans Deux femmes en or

C’était le bonheur de faire mon premier long métrage. J'avais envie de faire rire, mais j'ai été étonné à quel point ça a ri, ça a dépassé de beaucoup ce que j'imaginais. [...] Ça a été un tournage où l'on s'est tellement amusés, [...] un des plus beaux tournages et sûrement un des beaux souvenirs de ma vie.

Claude Fournier, réalisateur de Deux femmes en or

[En 1970], Deux femmes en or devient l'apogée du long processus de désacralisation de la sexualité dans la société québécoise.

Sacha Lebel, docteur en études cinématographiques

On vient de s'y mettre pour faire revivre Deux femmes en or en 2020 au cinéma. [...] Je trouvais ça inspirant d’être moi-même à la maison en confinement avec mes enfants, je repensais aux femmes en or, je me sentais comme si j’avais compris le sens de ce film-là différemment de ce qui m’habitait quand je l’ai adapté au théâtre.

Catherine Léger, auteure

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi