•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré l’urgence climatique, Dominic Champagne garde espoir

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Malgré l’urgence climatique, Dominic Champagne garde espoir

Dominic Champagne sourit derrière le micro de Radio-Canada.

Dominic Champagne croit encore que l'action collective donnera des résultats dans la lutte aux changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Laurent Boursier

« J'essaie de faire œuvre utile, c'est-à-dire de me consacrer à empêcher la dégradation du monde dans lequel on se trouve », dit l'auteur, metteur en scène et militant écologiste Dominic Champagne. Malgré le réchauffement de la planète et la dégradation des écosystèmes, l'initiateur du Pacte pour la transition demeure convaincu que la tendance actuelle peut être inversée. « Ce n'est pas un combat perdu. Oui, souvent, j'ai le sentiment de jouer dans Don Quichotte et de me battre contre des moulins à vent, mais je suis aussi animé par la conviction qu'on peut y arriver. »

« Oui, je prétends à une espèce de conversion de nos vies en quelque chose de plus viable », dit l’homme de 57 ans en parlant de la transition énergétique. Selon lui, le paradigme sur lequel se sont basées nos sociétés pendant tant d’années (produire, consommer, jeter) ne tient tout simplement plus à une époque comme la nôtre.

Ce mode de vie, qui a très bien fonctionné, et qui est encore dominant, touche à une limite, qui est celle de la vie sur terre. Présentement, on est en train, par nos façons de faire, de compromettre les conditions qui ont permis à la vie sur terre d’émerger, et qui vont lui permettre, ou pas, de continuer.

Dominic Champagne, auteur, metteur en scène et militant écologiste

« Je déteste le pétrole »

Dominic Champagne raconte que c’est en 2010 que la prise de conscience environnementale s’est véritablement ancrée chez lui, soit lorsque des représentants de l'industrie du gaz de schiste, André Caillé en tête, « ont débarqué » à Saint-Édouard-de-Lotbinière pour des rencontres d’information avec les citoyens et citoyennes.

« Les gazières ont débarqué sur la terre où je vivais, et j’ai été foudroyé d’indignation. J’ai découvert le sentiment d’indignation par le débarquement de ces puissants à la campagne », raconte celui qui possédait à l’époque une résidence secondaire à Deschaillons.

Dominic Champagne concède avoir contribué au réchauffement de la planète, par le passé, notamment en raison des nombreux voyages qu’il a effectués en avion un peu partout. « J’ai beaucoup voyagé. J’ai fait le tour du monde je ne sais pas combien de fois », dit-il, conscient de l’empreinte carbone qu’il a laissée.

Cela dit, l’artiste est en désaccord avec l’argument selon lequel il ne faudrait signer le Pacte pour la transition que si l’on est parfait en matière d’empreinte carbone et de bons comportements environnementaux.

Est-ce qu’on va attendre, pour se mettre à agir, d’être parfaits? Il y a un plus grand risque, c’est de continuer de ne rien faire et de laisser le monde se dégrader. Et moi, je pense qu’aujourd’hui, il faut dire : "Assumons nos paradoxes, mais faisons-le avec la plus grande connaissance possible."

Dominic Champagne, auteur, metteur en scène et militant écologiste

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi