•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Maripier Morin, une comédienne qui s’est affranchie de son syndrome de l’imposteur

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h
(en rediffusion le samedi suivant à 5 h)

Maripier Morin, une comédienne qui s’est affranchie de son syndrome de l’imposteur

Audio fil du samedi 28 septembre 2019
La jeune femme sourit à la caméra.

L'animatrice et mannequin Maripier Morin

Photo : Radio-Canada / Christian Côté

« On me rappelle souvent mon syndrome de l'imposteur, parce que je n'ai pas étudié en communication ou en journalisme, parce que je n'ai pas fait d'école [de théâtre], et, moi, j'ai le goût de dire aux gens : “Arrêtez de m'en parler, parce que je ne l'ai plus.” [...] Je n'ai plus envie de vivre avec ça », lance la comédienne et animatrice Maripier Morin au micro de Stéphan Bureau. La femme de 33 ans, qui a longtemps été habitée par ce sentiment, raconte s'en être libérée. Sa participation au plus récent film de Denys Arcand, La chute de l'empire américain, semble d'ailleurs avoir fait office de détonateur.

« Je pense que, dans l’imaginaire collectif, ça m’a apposé une espèce de sceau de crédibilité, de respectabilité », dit Maripier Morin au sujet de son rôle dans le film de Denys Arcand, dans lequel elle incarne une escorte de luxe.

Celle qui a longtemps cherché à se détacher de l’image de la jolie fille ou de celle de la vilaine qu’on lui avait apposée à la suite de son passage à l'émission de téléréalité Occupation double, en 2006, se réjouit de voir que le regard du public et de ses pairs à son égard a changé ces dernières années.

On me ramène toujours à Occupation double, où j’ai commencé, mais depuis quelques années, de moins en moins. Je te dirais que, depuis le film, je sens vraiment qu’il y a eu une évolution dans l’opinion des gens à mon égard.

Maripier Morin, comédienne et animatrice
Alexandre Landry et Maripier Morin dans une scène du film La chute de l'empire américain.

Maripier Morin est une des têtes d'affiche du dernier long métrage de Denys Arcand.

Photo : Films Séville

Aujourd’hui, la comédienne explique que les mauvaises langues ne font que renforcer son désir de se surpasser.

Je pense que certaines personnes ont probablement souhaité secrètement que je me plante. […] Moi, quand les gens sont méchants et quand ils s’attendent à ce que je prenne une débarque, que ce soit au Gala Artis, à l’animation de Face au mur ou dans le film de Denys, ils ne savent pas en fait qu’ils font l’inverse de ce qu’ils devraient faire. À la place de m’affaiblir, ça me renforce.

Maripier Morin, comédienne et animatrice

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi