Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du vendredi 23 août 2019

Tout laisser pour partir en Asie avec ses enfants

Publié le

Hugo Meunier et Martine Bouliane au micro de Stéphan Bureau
Hugo Meunier et Martine Bouliane racontent leur histoire à Stéphan Bureau.   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Hugo Meunier, ancien journaliste à La Presse, et Martine Bouliane, enseignante au primaire, rentrent tout juste d'un voyage de sept mois en Asie. Ils ont visité l'Inde, le Sri Lanka, le Vietnam, le Cambodge, la Thaïlande et six autres pays avec Victor, 11 ans, et Simone, 7 ans. Les deux parents expliquent à Stéphan Bureau comment un tel périple force les gens à calmer leurs angoisses.

Un voyage inspirant effectué 15 ans auparavant, la crise de la quarantaine d’Hugo, et d’inquiétants ennuis de santé de Martine ont incité le couple à se lancer de cette aventure.

Dans ses billets pour le magazine Urbania, Hugo a voulu être transparent et montrer les moins bons côtés de voyager avec des enfants.

Des enfants qui s’impatientent, des enfants qui chialent parce qu’ils veulent le wi-fi… C’était ça, aussi, la vraie vie.

Hugo Meunier

Pas de journée parfaite

« Pendant le premier mois, j’essayais de comprendre pourquoi pour nous, ça n’avait pas l’air aussi beau que les autres, dit Martine. Je me suis réconciliée avec tout ça. […] Il y a plein de moments magiques dans ce qu’on vit, mais la journée parfaite, elle n’existe pas, avec des enfants. »

Transformateur

Hugo, qui a bien failli y rester lorsqu’il s’est empalé accidentellement sur une table en vitre, se félicite des effets de l’expérience sur la personnalité de son fils.

« On a vraiment vu un petit garçon anxieux, gêné, sortir de sa coquille, affirme-t-il. Il allait négocier des trucs qu’on achetait, il se proposait souvent pour aller chercher la facture… Des banalités, mais des choses qu’il n’aurait jamais faites avant. […] Ç’a été formidable, à ce compte-là. »

Chargement en cours