•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Le tao, un mode d’emploi pour la vie

Audio fil du jeudi 22 août 2019
Gros plan sur les mains d'une personne tenant un médaillon à l'effigie du symbole Yin yang.

Dans la tradition Da Xuan de la pratique du tao, le Yang représente le divin, et le Yin, le monde terrestre. Entre les deux, l’humain serait capable d’échanger avec l’un comme l’autre.

Photo : iStock

« Pour mieux développer qui on est, on va apprendre à se reconnaître soi-même, à connaître les autres [...] et ensuite, se tourner vers notre environnement. » Serge Augier serait l'unique héritier d'un courant taoïste né il y a 1500 ans dans le nord de la Chine. L'auteur de L'encyclopédie pratique du tao explique à Stéphan Bureau que le tao est une pratique distincte de la religion du taoïsme, qui s'adresse aux gens de toutes les religions, et parle de l'importance du souffle.

Basé sur un précepte chinois voulant que l’humain soit entre le ciel et la terre, et qu’il puisse échanger autant avec le divin que le terrestre, le tao repose sur trois axes : un corps solide, une grande vitalité et un esprit clair.

Transformer le corps, apaiser l’esprit

« Le mental ne nous appartient pas, il n’est pas vraiment incarné, affirme Serge Augier. Le corps est là, mais il demande une transformation parce qu’il est trop incarné, trop structurel. Le souffle est entre les deux; il est lié à la vitalité, à notre énergie – ce qu’on appelle le chi – et à notre volonté de faire. Donc, en travaillant le souffle, on calme les émotions, on clarifie la pensée, mais surtout, on se donne envie de faire, et, dans le monde d’aujourd’hui, on se donne aussi la possibilité, la résistance, l’endurance de vivre la vie que l’on vit, qui est bien trop rapide par rapport à ce que l’on est. »

Le fait de mieux se connaître, de connaître les autres et de connaître notre environnement nous permet de nous adapter plus précisément à ce qui se passe, et non pas à ce que nous pensons qu’il se passe.

Serge Augier

Se réapproprier sa vie

Selon le maître, la pratique du tao est plus simple que sa description. « J’ai des élèves qui ont 7 ans, des élèves qui ont 85 ans, et [chez] tous les élèves, au bout d’un moment, on le voit : ils ne prennent plus le monde avec réactivité, mais ils l’observent, et donc ils réagissent mieux. De là, ils ne projettent plus leurs propres peurs et leurs émotions mal digérées, ils vivent vraiment leur vie. Cette vision de l’entraînement du corps et de l’esprit permet de se réapproprier sa vie au lieu de vivre [de façon] automatique. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi