Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mercredi 14 août 2019

Le passé des Canadiens scruté au nom de la démographie historique

Publié le

Lisa Y. Dillon et Marilyn Gentil au micro de Stéphan Bureau.
Lisa Y. Dillon et Marilyn Gentil   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

Des étudiants de huit universités analyseront les recensements canadiens de 1851 à 1921 pour mieux comprendre les changements sociaux importants survenus au cours de cette période, qui correspond à la révolution industrielle. Lisa Y. Dillon et Marilyn Gentil, du Programme de recherche en démographie historique, expliquent à Stéphan Bureau que cette étude permettra d'avoir une première image de millions de gens n'ayant laissé aucune autre trace historique.

Pour Lisa Y. Dillon, les recensements cachent une histoire oubliée. « Aujourd’hui, tout le monde laisse des traces partout, mais dans le passé, sauf si on faisait partie de la classe moyenne ou des élites, […] la grande majorité des gens n’ont pas laissé de traces », indique-t-elle.

Les femmes qui travaillaient sur les fermes, les enfants, les personnes qui bougeaient beaucoup, les personnes au chômage, les pauvres… On a la possibilité de les découvrir.

Lisa Y. Dillon

Un nouveau pays

« La composition de la population a beaucoup évolué, parce qu’il y a eu beaucoup d’immigration, souligne Marilyn Gentil au sujet de la période de 1851 à 1921. Il y a eu aussi de l’émigration avec les Canadiens français qui sont partis aux États-Unis. Même le monde du travail a évolué. Il y a eu une diversification des professions qui s’est réalisée. […] Qui travaillait dans telle ou telle usine? »

Chargement en cours