Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du mercredi 31 juillet 2019

Bruny et Katherine Surin : la passion de l'athlétisme, de père en fille

Publié le

Bruny et Katherine Surin sourient au micro de Stéphan Bureau.
Bruny et Katherine Surin passent un bon moment au micro de Stéphan Bureau.   Photo : Radio-Canada / Pascal Michaud

Elle a remporté le bronze à l'épreuve féminine du 400 m aux plus récents Championnats canadiens d'athlétisme. Petit à petit, l'athlète de 23 ans marche sur les pas de son père, qui a remporté de nombreuses médailles pendant toute sa brillante carrière. Au micro de Stéphan Bureau, Bruny et Katherine Surin parlent de leur passion pour l'athlétisme.

Katherine raconte qu'à 5 ans, elle savait qu’elle voulait faire comme son père, c’est-à-dire courir. Mais celui-ci affichait quelques réserves. L’athlétisme n’est pas un sport comme les autres, explique le médaillé d’or olympique.

« Au tennis, si tu es dans le top 50, c’est très bon. C’est très respectueux. Tu gagnes ta vie, tu peux avoir des commanditaires et tout. En athlétisme, […] si tu es dans le top 50, tu restes à la maison. Et aujourd’hui, c’est encore plus difficile qu’à mon époque, plus difficile de se démarquer au point de vue financier », explique Bruny Surin.

Le père de famille a préféré patienter quelques années avant d’inscrire Katherine dans un club d’athlétisme, question de voir si la passion pour la course à pied allait la suivre jusqu’à l’adolescence. C’est ce qui est arrivé.

Aujourd’hui, la jeune femme de 23 ans embrasse à fond sa carrière en athlétisme. Elle a notamment eu la chance d’obtenir une bourse afin d’étudier aux États-Unis.

Si elle suit les traces de son père, Katherine dit ne pas ressentir de pression parce qu’elle est la fille de Bruny Surin.

C’est sûr qu’il y a des personnes qui me le disent, […] mais je travaille tellement fort. Donc, je me mets beaucoup de pression moi-même. Je ne veux pas me décevoir, moi, en premier. C’est moi qui cours, c’est moi qui travaille en entraînement, et c’est moi qui me dépasse chaque jour.

Katherine Surin, athlète

Chargement en cours