Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du vendredi 12 juillet 2019

Pourquoi les Canadiens sont plus heureux que les Américains

Publié le

Christian Bourque au micro de Stéphan Bureau.
Christian Bourque   Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

L'écart entre les riches et les pauvres, l'impression de liberté, le sentiment d'accomplissement et les finances personnelles sont autant de critères qui permettent à la firme Léger d'affirmer que la population canadienne est plus heureuse que ses voisins du Sud. L'indice moyen du bonheur au pays serait en effet de 7,2 sur 10, et il serait plus élevé dans l'est du territoire. Christian Bourque, vice-président directeur de Léger, explique à Stéphan Bureau que l'argent n'est pas directement lié à ce bonheur, mais que l'âge, lui, l'est.

« Les provinces atlantiques et le Québec ne sont pas les provinces les plus riches au Canada. C’est là une des premières conclusions : le lien direct entre l’argent et le bonheur n’existe pas vraiment, indique Christian Bourque. D’ailleurs, l’indice de bonheur le plus faible au Canada est dans deux des provinces les plus riches, qui sont l’Alberta et l’Ontario. »

C’est au Québec que l’écart entre riches et pauvres est le plus faible, et on est parmi les plus heureux au pays.

Christian Bourque

L’argent ne fait pas le bonheur, mais il y contribue

Le sondeur souligne qu’il existe bien un lien entre l’argent et le bonheur, mais qu’il n’en est pas un de cause à effet. « Si on vit dans la défavorisation et qu’on a des revenus de moins de 40 000 $ par année, là, on est moins heureux. Ça affecte directement notre sentiment de liberté; on fait beaucoup de choix sous la contrainte financière, dit-il. Si on monte à 60 000, 80 000 $, il y a une droite au niveau de l’indice de bonheur. À partir de 80 000 et plus, cette courbe a tendance à s’aplatir; autrement dit, de faire 170 000 au lieu de 150 000 n’a plus [d’effet] sur notre bonheur. »

Plus vieux, plus heureux

Le rapport entre l’âge et le bonheur aurait sensiblement changé depuis 30 ans. Désormais, le contentement augmente avec l’âge, alors qu’il atteignait jadis des pics dans la vingtaine et dans la cinquantaine. « Il y a une pression sociale créée par les médias sociaux qui est de plus en plus importante; il y a un sentiment d’isolement qui est plus grand, et le troisième facteur est un facteur financier : les jeunes perçoivent une pression financière qui n’était pas là auparavant. Objectivement, mis à part ce que l’on porte, tout coûte plus cher qu’avant. »

Chargement en cours