Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du lundi 17 juin 2019

Marie-Claude Barrette et Karine Bonneau : croire aux Auberges du cœur

Publié le

Une femme sourit devant un micro, une autre est sérieuse.
Marie-Claude Barrette et Karine Bonneau   Photo : Radio-Canada / Ronald Georges

Les Auberges du cœur hébergent des jeunes en difficulté et sans-abri depuis plus de 40 ans. Au fil des ans, plus de 80 000 personnes de 12 à 30 ans ont trouvé refuge dans l'une des 30 auberges partout au Québec. Marie-Claude Barrette, porte-parole de la Fondation de cet organisme, participe au lancement de sa campagne de financement 2019-2021 mardi. L'entrepreneure Karine Bonneau a fait partie de ces milliers de jeunes qui ont fait appel aux Auberges du cœur, et elle participera également à cet évènement qui prend la forme d'un barbecue festif.

Télévision et politique

Avant de plonger dans le vif du sujet, Stéphan Bureau s’entretient avec Marie-Claude Barrette. La coanimatrice de l’émission Deux filles le matin à TVA compare le milieu de la télévision à celui de la politique grâce à la variété des sujets. « Ça prend beaucoup de curiosités pour faire de la politique. […] Il n’y a jamais rien de stable en politique. Et je trouve qu’en télé, il n’y a jamais rien de stable non plus », explique l’ancienne militante et compagne de l’ex-politicien Mario Dumont.

La famille étendue des Auberges du cœur

De 15 à 18 ans, Karine Bonneau a vécu dans la rue. « Tu n’as pas le choix d’être fait fort. Tu survis dans la rue. […] Tu n’as pas le choix de t’assumer, de faire ta place », raconte-t-elle. Karine Bonneau aurait pu s’en sortir grâce à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), mais s’est plutôt retrouvée dans le réseau des Auberges du cœur à 16 ans.

C’est loin d’être comme la DPJ. […] Les Auberges du cœur sont vraiment plus comme une maison. On t’accueille chez toi, on t’écoute, on t’offre des outils pour être plus que ça dans la vie au lieu de juste être considéré comme un cas problème.

Karine Bonneau

L’abandon de ses parents et l’itinérance ont laissé des cicatrices, mais à 30 ans, Karine Bonneau sait qu’elle n’est plus « un cas problème ».

Ça fait du bien d’avoir des gens qui veulent t’écouter. Ça fait du bien d’avoir des gens qui ne te considèrent pas comme un cas problème, mais comme une personne.

Karine Bonneau

Aujourd’hui, Karine Bonneau est entrepreneure d’une compagnie de saucisses, qu’elle a d’ailleurs présentée devant les juges de l’émission Dans l’œil du dragon. « Je suis vraiment surprise parce que c’est surtout l’aspect humain qui a touché les gens, et non l’aspect juste produit », dit-elle.

La campagne de financement des Auberges du cœur a lieu le mardi 18 juin dès 11 h 30, au parc Hydro-Québec, à Montréal. En cas de pluie, l’événement sera reporté au 19 juin.

Chargement en cours