•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi les victimes et témoins d’agressions sexuelles restent passifs

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Du lundi au jeudi de 9 h à 11 h 30 (du 21 au 24 déc.)
En semaine de 9 h à 11 h 30 (du 28 déc. au 8 janv.)
(en rediffusion à 22 h)

Pourquoi les victimes et témoins d’agressions sexuelles restent passifs

Une femme photographiée de profil se cache le visage dans ses mains.

Une victime d'agression sexuelle à Johannesburg, en Afrique du Sud

Photo : Getty Images / GULSHAN KHAN

Notre chroniqueuse, la Dre Marie-Eve Cotton, qui a elle-même soigné de nombreuses victimes d'agressions sexuelles, explique pourquoi elles ne réagissent souvent pas pendant ou après une agression sexuelle ou face au harcèlement, ce qui est souvent mal compris par l'entourage ou le public.

Pour expliquer le scepticisme à l’égard des victimes de violence sexuelle qui se montrent passives en ne confrontant pas leur agresseur ou en ne parlant pas de leur agression, la psychiatre Marie-Eve Cotton mentionne plusieurs études.

Les résultats démontrent que les gens, qu'ils soient victimes ou témoins d’agressions ou de harcèlement sexuel, ont tendance à surestimer leur comportement de protestation et à sous-estimer leurs sentiments de peur et de sidération.

Les quatre réactions face au danger

La Dre Marie-Eve Cotton nous rappelle les quatre réactions de l’humain devant un danger : combattre, fuir, geler ou paralyser et se soumettre à l’agresseur pour le calmer afin de se protéger.

La psychiatre souligne qu’il est donc normal que les victimes aient parfois des comportements amicaux avec leur agresseur, et que le scepticisme à leur égard peut avoir un effet négatif sur leur pronostic psychologique.

Ligne téléphonique d'aide pour les victimes d'agressions sexuelles :

La ligne téléphonique 1 877 547-DPCP (3727), gratuite et confidentielle, est en activité du lundi au vendredi, de 8 h 30 à 12 h et de 13 h à 16 h 30. Elle est à l’intention des victimes de violence sexuelle qui songent à déposer une plainte, mais n'engage à aucune démarche ultérieure.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi