•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Tout sur la pêche au poulamon

Une personne tient dans sa main un poisson accroché à un hameçon.

Un petit poisson des chenaux, appelé poulamon.

Photo : Radio-Canada / Daniel Coulombe

Le journaliste Pierre Gingras est un adepte de la pêche aux petits poissons des chenaux, les poulamons, à Sainte-Anne-de-la-Pérade, en Mauricie. Chaque année, un véritable village de 350 cabanes s'installe sur la glace pour accueillir les amateurs de cette activité familiale. La saison, qui a débuté le 26 décembre dernier, se poursuit jusqu'à la mi-février et, pendant ces quelques semaines, de trois à quatre millions de poissons seront capturés.

Pierre Gingras explique que le poulamon est une espèce de morue naine. Si Sainte-Anne-de-la-Pérade est la capitale de la pêche aux petits poissons des chenaux, il souligne qu'on en trouve tout le long du Saint-Laurent. Ce petit poisson est d'ailleurs très important dans la chaîne alimentaire, parce qu'à peu près tous les prédateurs qui vivent dans le fleuve s'en nourrissent.

Deux personnes debout devant des cabanes blanches installées sur la glace.

Chaque hiver, de nombreux adeptes de la pêche au poulamon se rendent à Sainte-Anne-de-la-Pérade.

Photo : Radio-Canada / Hadi Hassin

Le journaliste souligne que la pêche au poulamon n'est pas soumise à des quotas en raison du nombre important de poissons. L'interdiction de la pêche commerciale et un excellent taux de reproduction expliquent la bonne santé de la population de l'espèce.

Depuis 80 ans, les poulamons attirent des milliers d'amateurs de pêche sur la glace, mais Pierre Gingras remarque que les Chinois, venus de Toronto ou d'ailleurs au Canada, sont de plus en plus nombreux à s'intéresser au poulamon.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi