Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Stéphan Bureau
Audio fil du lundi 22 juillet 2019

John Le Carré, le grand maître du roman d’espionnage

Publié le

L'auteur britannique John Le Carré
L'auteur britannique John Le Carré   Photo : AP / Alastair Grant

Manon Dumais et Samuel Archibald font le point sur l'œuvre du romancier britannique John Le Carré, dont L'espion qui venait du froid a marqué les esprits. La cinéaste et actrice Micheline Lanctôt, grande amatrice de roman d'espionnage, se joint au plateau littéraire du lundi.

Durant les années 50 et 60, David Cornwell a travaillé pour le MI5 et le MI6 (les services secrets britanniques) et a commencé à écrire des romans sous le pseudonyme de « John Le Carré ». Son troisième roman, L'espion qui venait du froid (1963), est devenu un best-seller international et demeure l'une de ses œuvres les plus connues. Il a été adapté au cinéma en 1965, avec Richard Burton en vedette.

« On ne lit pas John Le Carré pour les mêmes raisons qu’on va lire Ian Fleming, où il y a beaucoup d’action et de poursuites, tandis que chez John Le Carré, c’est vraiment des guerres de nerfs, des joutes verbales; on espionne, on observe, les silences sont aussi importants que chaque mot et chaque petit geste que l’on dit, que l’on fait », explique Manon Dumais.

Chargement en cours