•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Rattrapage du 28 déc. 2020 : Hong Kong, Louis Garneau et Luc Langevin

Rattrapage

  • « Depuis la loi de la sécurité nationale, depuis le 1er juillet, il y a une chape de plomb. [...] Ce n'est plus du tout le Hong Kong d'il y a 30 ou 25 ans », témoigne Éric Sautedé, analyste politique à Hong Kong, au sujet de la situation fragile dans ce territoire semi-autonome chinois. Celui qui est à Hong Kong depuis plus de deux décennies affirme que le niveau de peur qui s'est installé au sein de la population n'a jamais été aussi élevé que depuis quelques mois, au cours desquels Pékin a muselé toute forme d'opposition. M. Sautedé dresse le portrait de l'ex-colonie britannique, où la volonté répressive de la Chine s'inscrit en porte-à-faux avec les valeurs de la majorité de la population hongkongaise.

  • « C'est un conflit aux multiples facettes », dit l'historienne Claire Mouradian en parlant de la guerre qui oppose l'Arménie à l'Azerbaïdjan dans le Haut-Karabakh, une observation que fait aussi le journaliste et analyste politique Raffi Elliott, à Erevan. En compagnie de l'autrice et professeure Lalé Manjikian, on explique les tenants et aboutissants du conflit entre les deux pays du Caucase du Sud qui a fait en 2020 des milliers de morts. Il est aussi question de l'identité arménienne ainsi que de la présence importante de la diaspora arménienne au Canada, notamment à Montréal.

  • « Ç'a été pour moi la course la plus difficile de ma vie », confie l'homme d'affaires québécois Louis Garneau en évoquant les grandes difficultés financières que son entreprise a connues au cours des dernières années, difficultés qui ont mené de justesse à la faillite du fleuron québécois spécialisé dans l'industrie du vélo. Certes, les choses ont plutôt bien tourné pour Louis Garneau ces dernières semaines, car l'entreprise de Saint-Augustin-de-Desmaures a évité la faillite grâce à un nouvel investisseur. Or, l'homme de 62 ans sait par quel chemin tortueux il est passé. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'il rédige en ce moment un ouvrage destiné à aider les entrepreneurs qui vivent, comme lui-même l'a vécu, des turbulences financières.

  • « À chaque représentation, je suis en direct avec les gens sous forme de vidéoconférence avec une plateforme qu'on a montée sur mesure pour l'occasion. Et ce sont les gens qui déterminent en direct ce que je fais apparaître, ce que je fais disparaître, ce que je téléporte. [...] C'est vraiment interactif chaque fois », explique Luc Langevin à propos de son spectacle numérique intitulé Interconnectés : aux portes de l'impossible. L'illusionniste souligne que le confinement, pandémie oblige, l'a forcé à créer de nouveaux tours percutants qui sont adaptés à la situation. « Ça fonctionne très bien. Ça m'a permis de me renouveler. »

  • « Il est prémonitoire des dérives et des excès de la bien-pensance », note l'écrivaine Marie-Andrée Lamontagne à propos du roman 1984 de George Orwell, publié en 1949. Elle souligne que dans l'œuvre phare de l'écrivain britannique, la rectitude de la bien-pensance, guidée par l'idéologie totalitaire, s'applique entre autres à la langue. Dans 1984, on assiste en effet à la naissance d'une novlangue, qui a pour objectif de rendre impossible la déviance, « parce qu'on aura parfaitement nettoyé le langage ». Au micro de Stéphan Bureau, Marie-Andrée Lamontagne fait quelques parallèles entre l'univers imaginé par George Orwell dans 1984 et le monde dans lequel nous vivons de nos jours.

Vous aimerez aussi