•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h

Rattrapage du 3 août 2020 : Harpe, infirmières et roman Harlequin

Rattrapage

  • Parlons d'amour, d'humour et de romans avec Ghislain Taschereau

    « Je trouve savoureux tous les clichés autour de l'amour. J'aime les tordre à l'excès. [...] L'amour dans un couple, c'est un puits sans fond, du potentiel [infini] pour l'auteur. » L'écrivain Ghislain Taschereau était de passage en chair et en os dans nos studios pour faire la promotion de la réédition de son roman L'inspecteur Specteur et le doigt mort. Il en profite également pour parler de son nouveau métier d'éditeur et de son penchant pour les « romans Harlequin alternatifs ».

  • Au front avec les infirmières Lydia Ziani et Sofie Gauthier

    « J'aimerais que l'on voie disparaître du vocabulaire cette expression quand on s'adresse aux professionnels de la santé qui ont des compétences bien spécifiques », insiste Lydia Ziani, qui n'aime pas du tout le terme « ange gardien » dont on a affublé sa profession. Tout comme Sofie Gauthier, l'infirmière en soins intensifs pédiatriques s'est portée volontaire pour aller au CHSLD Pierre-Joseph-Triest, une zone « très chaude ». Elles nous parlent de leur expérience de terrain.

  • Tout savoir sur le métier de harpiste avec Valérie Milot

    « Souvent, les gens ont la perception que c'est très aérien ou très léger comme jeu, mais c'est vraiment juste une impression. Il y a 1,5 tonne de tension sur les cordes de l'instrument. L'image des anges qui jouent de la harpe ne colle pas du tout. Moi, j'ai plutôt l'impression de dompter un lion », dit Valérie Milot. La harpiste entend défaire certains mythes autour de cet instrument qui, selon elle, gagnerait à être plus connu.

Vous aimerez aussi