•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Rattrapage du 24 juill. 2020 : Sport et politique, habitudes de consommation et culture

Rattrapage

  • Les jeux olympiques, cette arme politique

    Anvers en 1920, Montréal en 1976, Moscou en 1980, Los Angeles en 1984... Alors que Pierre de Coubertin voulait en faire des compétitions apolitiques, les jeux olympiques sont, au contraire, devenus un outil de choix des États pour faire passer des messages, généralement par des boycottages. Pascal Boniface, directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques, à Paris, raconte à Stéphan Bureau quelques moments où, selon lui, le sport est devenu « l'otage de la politique ».

  • Comment la pandémie a bouleversé nos habitudes de consommation

    « Même si on a eu une certaine période de déconfinement, [...] la plupart des gens ont maintenu ces habitudes. » Selon un sondage Léger, 47 % de la population canadienne n'est pas prête à retourner au restaurant. La grande majorité des gens croit par ailleurs que les écrans de plexiglas devraient rester en permanence dans les commerces, et la proportion des produits alimentaires achetés en ligne au pays est passée de 2 % à un chiffre variant entre 15 et 17 %. Christian Bourque, vice-président directeur chez Léger, explique à Stéphan Bureau que la façon d'interagir avec les commerçants pourrait bien avoir changé définitivement.

  • Le casse-tête du report des Jeux olympiques

    « L'année 2021 va être un marathon, et ça va être soutenu comme rythme. » Pour le Comité olympique canadien, le report des Jeux olympiques de Tokyo signifie notamment une révision des contrats avec les fournisseurs japonais et des vols d'avion, de même que peu de temps de préparation en vue des Jeux de Pékin, à l'hiver 2022. Tandis que les athlètes déjà qualifiés sont certains de faire le périple l'an prochain, d'autres pourraient ne pas réaliser leur rêve. Marie-Andrée Lessard, directrice des Jeux pour le Comité olympique canadien, explique à Stéphan Bureau que les imprévus sont un mode de vie dans le monde olympique.

  • #JeSuisLà : un film « mélancomique » sur la solitude

    « On reste sur une note qui n'est pas désagréable, mais qui n'est pas non plus extrêmement nourrissante », dit Helen Faradji au sujet du film d'Eric Lartigau (Prête-moi ta main, La famille Bélier) mettant en vedette Alain Chabat dans le rôle d'un homme qui se rend en Corée du Sud pour rencontrer une femme qui ne viendra jamais. « Le troisième acte devient davantage un film sur la réconciliation, un film vaguement touristique avec clichés sur les cerisiers en fleurs... C'est assez frustrant. » Georges Privet, lui, a eu un coup de cœur : « Ce n'est pas le film que j'attendais, mais c'est celui que j'espérais intérieurement. »

Vous aimerez aussi