•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Cette émission n'est pas en ondes actuellement.

Audio fil du mardi 13 août 2019

Rattrapage

  • Selon les observateurs extérieurs, les charges des autorités après 10 week-ends de soulèvements en réaction à un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine sont moindres que celles de mouvements antérieurs, comme ceux de 2014 ou de 2016. Pour les habitants de Hong Kong et la diaspora, les atteintes aux droits de la personne évoquent celles de la place Tiananmen, « sans les chars ». Cinq spécialistes expliquent à Stéphan Bureau que les revendications des manifestants émanent de la mauvaise santé générale de Hong Kong.

  • Née au Québec, élevée en Nouvelle-Écosse, résidante du Nouveau-Brunswick et diplômée en Louisiane, elle remplit un mandat de deux ans qui consiste à écrire des œuvres commandées par des parlementaires, à présenter des lectures et à participer à des événements. Georgette LeBlanc parle à Stéphan Bureau de la résilience des francophones de Nouvelle-Écosse.

  • Pour se nourrir sans nourrir la poubelle, Caroline Huard recommande de garder ses produits frais bien en vue pour avoir toujours une idée claire de son inventaire, d'apprendre à bien conserver les végétaux, mais aussi de développer des techniques pour apprêter les parties oubliées de certains légumes. La cuisinière végane donne à Stéphan Bureau des astuces aussi plaisantes qu'utiles, de même qu'une recette de pesto de fanes de carottes.

  • « Un lunch maison, c'est un lunch plus économique et un lunch plus écologique, parce qu'on n'a pas tous les emballages. » La nutritionniste Caroline O'Gleman recommande d'utiliser la pellicule en cire d'abeille au lieu du plastique, de privilégier les menus végétariens et de se procurer des ingrédients locaux de saison. L'auteure du livre Les lunchs propose à Stéphan Bureau de faire le lunch du lendemain pendant qu'on fait le souper, et de se trouver un partenaire de lunch pour se motiver à cuisiner.

  • En Italie, le valpolicella et la grappa sont faits à partir de ressources récupérées, ou produisent des résidus qui permettent de préparer de nouvelles denrées. Au Québec, le Vignoble du marathonien fabrique du vin dont les résidus permettent aussi de faire de la bière, et la Brasserie Dunham, des biscuits pour chiens à partir des restes de la production de bière. Élyse Lambert, Master Sommelier, parle également à Stéphan Bureau d'œnotourisme en Montérégie.

  • Ancien cuisinier dans des restaurants montréalais connus, comme le Pied de cochon et Le Toqué!, David Aghapekian pratique désormais la boucherie en faisant affaire directement avec les éleveurs. Les trois quarts de ses fournisseurs sont des animaux de petites fermes familiales et des animaux de pâturage, et il utilise sa créativité pour recycler les restes de carcasses en faisant, par exemple, du savon. David Aghapekian explique à Stéphan Bureau qu'on peut redécouvrir le goût de la viande à travers la néoboucherie.

Vous aimerez aussi