•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h
(en rediffusion le samedi suivant à 5 h)

Audio fil du vendredi 26 juillet 2019

Audio fil

  • Élections fédérales : les qualités changeantes d’un bon chef

    D'un sondage à l'autre, ces dernières années, la firme Léger a remarqué que les électeurs se préoccupent d'abord et avant tout des chefs des formations politiques. Ces derniers doivent incarner un symbole et des êtres humains authentiques capables d'avouer leurs erreurs, aimer leur travail et transmettre le message le plus simple possible. Christian Bourque, porte-parole de la firme de sondage, explique à Stéphan Bureau qu'un chef doit être aimable, mais que les qualités qui lui donnent cette aura changent avec les années.

  • L’âge, l’âme et la foi selon Gilles Vigneault

    « Vieillir, on le sait, c'est par certains côtés pénible, mais ça entretient merveilleusement la modestie. » À l'approche de ses 91 ans, la légende de la chanson québécoise demeure en pleine forme et s'apprête à remonter sur scène pour présenter des supplémentaires de son spectacle Parole et musiques. Il discute avec Stéphan Bureau de l'importance de considérer la vieillesse comme une époque de la vie, et non comme un préambule à la mort.

  • Il était une fois à Hollywood : le plaisir de Tarantino assez contagieux

    Vingt minutes, ce n'est pas assez pour ruiner un film entier, mais c'est assez pour sérieusement teinter le plaisir qu'on retire à le voir, selon Georges Privet. Ce dernier qualifie le neuvième film du réalisateur de Pulp Fiction de bon cru, mais trouve sa fin grotesque. Helen Faradji, pour sa part, considère que le fétichisme de Quentin Tarantino pour le cinéma est toujours aussi jouissif, mais craint que le réalisateur ait perdu son sens du rythme. Nos deux critiques expliquent à Stéphan Bureau pourquoi le réalisateur culte n'a qu'à demi réussi son pari avec son hommage au Hollywood des années 1960.

  • L’amour du cinéma de Roger Cantin

    « Ce que je veux, c'est faire réagir le public. » Le festival Fantasia rendra hommage au coscénariste de La guerre des tuques et au réalisateur de Matusalem et de L'assassin jouait du trombone, notamment en lui remettant un prix pour l'ensemble de sa carrière. Roger Cantin explique à Stéphan Bureau qu'il s'est toujours senti en marge du cinéma québécois.

  • Des cocktails pour aider à digérer l’alcool, selon Gabrielle Panaccio

    « Est-ce que c'est prouvé scientifiquement? Non. » Pour une soirée qui risque d'être bien arrosée, la créatrice de cocktails recommande de préparer son estomac et son organisme avec un apéritif contenant des ingrédients chargés de protéines, comme l'œuf cru, et d'antioxydants, tels l'huile d'olive et le curcuma. Elle propose à Stéphan Bureau un cocktail de sa création, la dolce vita, ainsi qu'une limonade à la bière pour faire passer les lendemains de veille.

  • L’altitude expliquerait-elle l’attitude des habitants du Plateau Mont-Royal?

    « On ne descend ni on ne monte à Québec, on va à Québec. Par contre, le Plateau-Mont-Royal est situé à 60 m d'altitude, donc quand on dit que les gens du Plateau regardent le monde de haut, c'est un peu vrai. » Louis T se demande si une étude sur l'effet de l'altitude sur le comportement des voyageurs en avion permet d'expliquer les différences régionales au Québec. Il discute également avec Stéphan Bureau du chagrin d'amour des poissons.

Vous aimerez aussi