•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

Le samedi de 13 h à 14 h
(en rediffusion le samedi suivant à 5 h)

Audio fil du vendredi 12 juillet 2019

Audio fil

  • Pourquoi les Canadiens sont plus heureux que les Américains

    L'écart entre les riches et les pauvres, l'impression de liberté, le sentiment d'accomplissement et les finances personnelles sont autant de critères qui permettent à la firme Léger d'affirmer que la population canadienne est plus heureuse que ses voisins du Sud. L'indice moyen du bonheur au pays serait en effet de 7,2 sur 10, et il serait plus élevé dans l'est du territoire. Christian Bourque, vice-président directeur de Léger, explique à Stéphan Bureau que l'argent n'est pas directement lié à ce bonheur, mais que l'âge, lui, l'est.

  • Jacinda Ardern, l’unificatrice proactive de Nouvelle-Zélande

    Au printemps, elle a fait l'objet de louanges pour sa gestion de l'attentat de Christchurch par un adepte de l'extrême droite et pour sa condamnation sévère du racisme, malgré sa position conservatrice sur l'immigration. En mai, elle a déposé un budget axé sur le bien-être de la population, qui inclut des investissements massifs en santé mentale, en lutte contre la pauvreté et contre la violence domestique. La chercheuse Andréanne Bissonnette raconte à Stéphan Bureau le parcours très politisé de la première ministre de Nouvelle-Zélande.

  • Menteur : un film qui n’a pas les moyens de ses ambitions

    Selon Georges Privet, il faut saluer l'effort du réalisateur Émile Gaudreault de s'être attaqué à la comédie fantastique, dans la lignée de superproductions hollywoodiennes comme De quoi j'me mêle, avec son nouveau film mettant en vedette Louis-José Houde et Antoine Bertrand. Helen Faradji, de son côté, se réjouit de la présence dans la distribution de Catherine Chabot dans un rôle féminin différent. Nos deux critiques expliquent cependant à Stéphan Bureau que le film souffre de problèmes de rythme, de ton, et d'un surplus de gags tombant à plat. +

  • Poirier et l’influence omniprésente des musiques africaines

    Le musicien électronique et DJ transportera sa soirée récurrente, nommée « Le maquis » pour évoquer les bars en plein air africains, au Festival Nuits d'Afrique, où il sera notamment accompagné par la DJ kényane coco.em. Au micro de Stéphan Bureau, Poirier fait la démonstration que les musiques électroniques africaines ont infiltré plusieurs courants musicaux d'ailleurs dans le monde.

  • Les bases de cocktail à maîtriser, selon Gabrielle Panaccio

    « Je veux qu'on retourne dans le passé pour mieux comprendre le présent et créer le futur. » Notre experte créatrice de cocktails en résidence affirme que l'art de mélanger les alcools existe depuis aussi longtemps que l'alcool lui-même. Par conséquent, elle considère possible de faire de bons cocktails avec tout et rien. Gabrielle Panacdio enseigne à Stéphan Bureau comment préparer des mélanges élémentaires, mais délicieux, à partir d'ingrédients qu'on a tous dans son réfrigérateur.

  • Avec Hayao Miyazaki le temps d’un dernier film

    La critique de cinéma Helen Faradji parcourt le web à la recherche de vidéos, de séries et de films faits sur mesure pour les plateformes numériques. Elle parle cette semaine de la websérie 10 Years With Hayao Miyazaki, qui accompagne le réalisateur japonais d'animation, responsable de classiques comme Mon voisin Totoro et Princesse Mononoké, dans la réalisation d'un dernier long métrage. Helen Faradji explique à Stéphan Bureau qu'on y apprend notamment que Miyazaki est un cinéaste dévoué, mais un père absent.

  • Malala et le ministre Roberge : le deuxième chapitre inconnu de l’histoire

    « Si ce n'était pas un signe religieux, c'était peut-être un signe d'amateurisme du gouvernement Legault », dit Louis T au sujet de la fameuse photo du ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, avec l'héroïne pakistanaise, dont il a dit qu'elle ne pourrait enseigner au Québec parce qu'elle porte un voile. Il s'est avéré que la jeune femme portait plutôt un dupatta, une écharpe qui n'a pas de connotation religieuse. L'humoriste discute également avec Stéphan Bureau des hommes qui envoient des photos intimes non sollicitées, ainsi que du délaissement des médias traditionnels par le public.

Vous aimerez aussi