•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bien entendu

Bien entendu

Avec Stéphan Bureau

En semaine de 9 h à 11 h 30
(en rediffusion à 22 h)

Audio fil du mercredi 10 juillet 2019

Rattrapage

  • Le dur retour à la réalité des aventuriers

    Dans les médias, ils relatent des périples palpitants dans la nature ou des exploits sportifs surhumains, mais une fois rentrés à la maison, ils doivent renouer avec les tâches quotidiennes et l'ennui, et composer avec un organisme habitué à guetter la menace. Frédéric Dion, Mylène Paquette, Gabriel Filippi et Caroline Côté expliquent à Stéphan Bureau que le choc du retour à la normalité peut se vivre comme une dépression, comme un manque, ou même sous le signe du stress post-traumatique.

  • La difficile lutte contre la grossophobie

    Plus de la moitié des Canadiens présument que les personnes en surpoids ne prennent pas leurs responsabilités, et qualifient même leur condition d'écœurante, selon un sondage présenté au congrès d'Obésité Canada. Objet de discrimination dès la petite école, les personnes obèses doivent également encaisser des pénalités salariales de 16 %. Marie-Hélène Proulx, journaliste, donne à Stéphan Bureau un aperçu de la violence que les personnes de taille forte doivent endurer au quotidien.

  • Devenir humoriste à la retraite

    Ils ont entre 65 et 85 ans, ils vivent en résidence pour personnes âgées et mettent leur expérience de vie au service de blagues pour faire rire le public. Le 18 juillet, ils participeront au Gala des retraités du Festival Juste pour rire. En compagnie de Patrick Tremblay, enseignant à l'École nationale de l'humour, Christiane Potvin et Claude Paré expliquent à Stéphan Bureau que le recul leur permet de faire des blagues à tous les sujets.

  • Les contrecoups inattendus du contact avec la souffrance humaine

    Les aidants naturels, les travailleurs du système de santé, du système judiciaire et des services sociaux, de même que les travailleurs humanitaires risquent de voir leur empathie usée, voire atrophiée à force d'être exposés aux drames. Être témoin de telles épreuves peut même déclencher un traumatisme vicariant, un choc aussi fort que si on avait vécu le drame soi-même. Marie-Ève Cotton, psychiatre, explique à Stéphan Bureau que la surcharge de travail et le déni peuvent contribuer à une telle escalade.

  • Les mystères peu à peu révélés de la grande pyramide de Gizeh

    Construit au début de la première grande époque de l'histoire pharaonique de l'Égypte ancienne (2686-2160 av. J.-C.), le monument de 146 mètres de haut a été conçu comme tombeau qui laisserait filtrer les rayons du soleil, et sa structure particulière tient de la nécessité qu'elle ne s'effondre pas de l'intérieur sur le sol mouvant du désert. L'historienne Évelyne Ferron explique à Stéphan Bureau que les découvertes récentes de papyrus ainsi que des radiographies menées depuis 2015 ont permis de mieux comprendre la grande pyramide.

  • Comment se débarrasser du plastique dans l’océan?

    C'est l'équivalent d'un camion de plastique par minute, et un de textile par seconde qui finissent dans nos océans et composent les 8,8 millions de tonnes de plastique jetées dans les mers chaque année. La photodégradation fait que lorsqu'il est chauffé par le soleil, le plastique produit du méthane, un gaz 21 fois plus puissant que le C02. Sarah-Jeanne Royer, océanographe, et Samuel Duval, l'un des inventeurs de la machine Hoola ONE, parlent à Stéphan Bureau de la nécessité de retirer le plastique de l'eau, d'arrêter la production de plastique à la source et d'employer des fibres naturelles pour fabriquer nos vêtements.

Vous aimerez aussi