Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 5 décembre 2018

Le Boston Tea Party, un événement fondateur des États-Unis

Publié le

Une toile représentant le Boston Tea Party.
Le Boston Tea Party, par E. Newberry.   Photo : Library of Congress

Le 16 décembre 1773, la population de Boston était rassemblée au port afin d'assister à la destruction des 342 caisses de thé de Chine qui se trouvaient sur trois navires. « La fête du thé a été un des mythes qui a mené à la création des États-Unis, le 4 juillet 1776 », affirme l'historien Jean-Pierre Le Glaunec.

Dès la signature du traité de Paris, en 1763, qui met un terme à la guerre de Sept Ans, les 13 colonies entrent en résistance contre les Britanniques. L’imposition de taxes sur le sucre, en 1764, et sur les timbres, en 1765, cause une augmentation de la tension entre Londres et ces colonies.

Insatisfaits, les dirigeants coloniaux s’organisent et fondent entre autres Sons of Liberty (les fils de la liberté). Les patriotes ne s’opposent pas au principe de l’impôt, mais ils désirent que celui-ci soit adopté par les assemblées législatives de chacune des colonies, et non pas à Londres par un Parlement au sein duquel les colonies ne sont pas représentées. De 1763 à 1773, les tensions ne cessent d’augmenter.

Le thé comme élément déclencheur

Le 5 mars 1770, ces tensions se transforment en violentes échauffourées. L’armée britannique tire sur des manifestants.

Le massacre de Boston donne naissance aux premiers martyrs de la révolution américaine.

Jean-Pierre Le Glaunec, historien
Une représentation du massacre de Boston, le 5 mars 1770. Des soldats ouvrent le feu sur une foule.
Le massacre de Boston, le 5 mars 1770. Photo : Getty Images/Hulton Archive

Au printemps 1773, Londres accorde à la Compagnie des Indes orientales le monopole du commerce du thé en Amérique du Nord et en Europe. Un boycottage du thé et des textiles britanniques se met en place dans les 13 colonies. Londres comprend ce mouvement d’opposition et annule les taxes, sauf celles sur le thé.

C’est l’élément déclencheur du Boston Tea Party. Les habitants des 13 colonies préfèrent faire affaire avec les marchands hollandais. Tout à coup, la couronne britannique vient s’immiscer dans des affaires américaines. Tout le système commercial des grands ports de Philadelphie, de New York, de Charleston et de Boston est remis en cause.

Jean-Pierre Le Glaunec, historien

Boston se trouve au cœur de cette escalade.

Les événements

Trois ans plus tard, le 16 décembre, une centaine de membres de Sons of Liberty, déguisés en Amérindiens, abordent les trois navires contenant le thé, le Dartmouth, le Beaver et l’Eleanor. Ils jettent par-dessus bord les 342 caisses de thé.

En jetant des feuilles de thé dans le port de Boston, les leaders coloniaux refusent l’ordre qui a prévalu jusqu’alors, c’est-à-dire la mère patrie en haut et les 13 colonies en dessous.

Jean-Pierre Le Glaunec, historien

Londres riposte sévèrement et adopte trois mesures :

  • Le port de Boston est fermé.
  • Le gouvernement du Massachusetts est suspendu.
  • Les citoyens de Boston doivent rembourser les caisses de thé détruites.

Ces mesures consolident le processus révolutionnaire mis en branle depuis une dizaine d’années.

L’expression Boston Tea Party

Cette expression apparaît quand les principaux acteurs de l’événement meurent durant les années 1820 et 1830. Dès lors, l’événement est de plus en plus relaté et il entre dans l’histoire des États-Unis.

Chargement en cours