•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tin Pan Alley, la rue légendaire où est née la musique populaire américaine

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 21 h à 22 h

Tin Pan Alley, la rue légendaire où est née la musique populaire américaine

Audio fil du jeudi 15 novembre 2018
Des édifices de New York en 1910.

Des édifices de Tin Pan Alley en 1910.

Photo : Wikipedia

Tin Pan Alley, un tout petit espace d'à peine 500 m sur la 28e Rue (entre la 5e et la 6e Avenue) à New York, comprenait une importante concentration d'éditeurs, de compositeurs et d'auteurs de chansons. L'auteur-compositeur-interprète Steve Normandin raconte comment est née l'industrie de la musique populaire aux États-Unis à la fin du 19e siècle, bien avant la radio et le gramophone.

Ce quartier légendaire était le lieu de vente de partitions de toute la musique écrite aux États-Unis. Ses créateurs essayaient d’être sensibles à ce qui se passait à New York, qui était alors un vivier extraordinaire d’immigration récente.

Steve Normandin estime que les chansons de Tin Pan Alley constituent de l’art avec un grand A : « Ils [ces éditeurs] ont montré à la face du monde que l’Amérique pouvait chanter. »

Mais d’où provient ce nom? L’explication la plus digne de foi vient d’un journaliste du New York Times. Lors de son reportage chez les éditeurs de la rue, il s’était rendu compte que tous les compositeurs avaient un piano et jouaient tous en même temps, ce qui faisait « un bruit de casseroles en fer blanc ». Il a donc appelé cette rue « l’artère des casseroles en fer blanc ».

Un moule industriel

Les chansons créées à Tin Pan Alley possèdent une marque de commerce reconnaissable entre toutes.

C’est une chanson avec une idée principale toute simple, dont le refrain est un exercice de synthèse fabuleux. […] On demandait toujours aux auteurs et aux compositeurs de faire des chansons catchy. Il fallait que l’idée soit vive et efficace dès la première écoute. […] Ces chansons sortaient toutes à peu près du même moule.

Steve Normandin, auteur-compositeur-interprète

De plus, le lieu était situé entre la 5e Avenue et Broadway, la célèbre rue des théâtres et des comédies musicales. Pour s’approvisionner en chansons, les artistes n’avaient qu’à remonter Broadway jusqu’à la 28e Rue Ouest pour accéder à une variété d’éditeurs, explique-t-il.

Une partition d'un éditeur du début du 20e siècle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des chansons de l'éditeur H. Witmark & Sons, qui avait pignon sur rue à Tin Pan Alley.

Photo : Wikipedia

Les créateurs de Tin Pan Alley ont également développé des chansons d’actualité. Une nouvelle de journal devenait ainsi une chanson quelques heures plus tard. « Les gens vivaient dans la rue. Leur baromètre était ce que les gens vivent au quotidien », explique Steve Normandin.

La naissance du cinéma parlant a sonné le glas du style Tin Pan Alley. Plusieurs éditeurs ont quitté New York pour Hollywood; d’autres ont déménagé au Brill Building, sur Broadway, entre la 49e et la 50e Rue.

L’arrivée du rock and roll et l’établissement des studios d’enregistrement à Nashville ont entraîné la fin de cette époque importante de la chanson populaire américaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi