Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 16 octobre 2018

Pierre Bourgault, le libre penseur

Publié le

Pierre Bourgault regarde l'objectif de la caméra d'un oeil décidé.
Pierre Bourgault lors de la campagne électorale de 1966.   Photo : Radio-Canada

Brillant orateur, indépendantiste convaincu, bête de radio, et professeur d'université émérite; Pierre Bourgault (1934-2003) a marqué à sa manière le Québec, sans pourtant se priver de le critiquer. L'historien Jean-François Nadeau présente le parcours de ce polémiste et homme de communication qui accordait une grande importance à la liberté de penser, de dire quelque chose et d'agir.

Né à East Angus, dans les Cantons-de-l’Est, Pierre Bourgault déménage à 9 ans à Cookshire, un village où il y a des tensions entre anglophones et francophones. Il s’engage dans l’artillerie alors qu’il est jeune homme, et se plaint, lors d’un séjour au Manitoba, qu’on ne parle pas français dans le mess des officiers. Tout au long de sa vie, il fera ainsi de la défense de la langue française son cheval de bataille.

Au collège classique, Bourgault se passionne pour le théâtre. Son désir de devenir acteur échoue toutefois. Dans les années 1960, la grande scène est plutôt pour lui la politique. Il se découvre des talents d’orateur et finit par incarner aux yeux des gens un homme politique admiré.

À la tête du Rassemblement pour l’indépendance nationale

Dans le contexte de la décolonisation de l’Afrique, Pierre Bourgault s’intéresse à l’idée d’indépendance québécoise lors d’une rencontre avec André D’Allemagne, l’un des fondateurs du Rassemblement pour l’indépendance du Québec (RIN). Par la suite, il milite activement dans ce mouvement politique et contribue à en faire un parti.

En 1964, Bourgault devient le président du RIN et aux élections de 1966, il fait campagne contre le Parti libéral de Jean Lesage. Deux ans plus tard, il décide de dissoudre son parti afin de favoriser le développement du Mouvement souveraineté-association de René Lévesque. Puis, en 1970, il se présente comme candidat du Parti québécois.

Capture d'écran d'une émission où Pierre Bourgault prononce un discours devant une foule de partisans péquistes.
Pierre Bourgault prononce un discours lorsqu'il est membre du Parti québécois, en 1971. Photo : Radio-Canada

L’homme des médias

Au milieu des années 1970, Pierre Bourgault tourne le dos à la politique active pour enseigner à l’Université du Québec à Montréal. Il devient aussi peu à peu le chroniqueur et le polémiste qu’il sera jusqu’à la fin de ses jours.

Il joue sans cesse à être Pierre Bourgault et on a fini par croire à ce personnage.

Jean-François Nadeau, historien

Touche-à-tout, Bourgault aborde toutes sortes de sujets, tant à la radio qu’à l’écrit. L’indépendance du Québec, son rêve de le voir mieux représenté à l’étranger, demeure l’une de ses grandes obsessions.

Référence

Bourgault, Jean-François Nadeau, Éditions Lux, 2007

Pierre Bourgault se tient devant un micro, à Radio-Canada, en 1986.
Pierre Bourgault se tient devant un micro dans un studio de Radio-Canada, en 1986. Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Chargement en cours