Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du lundi 15 octobre 2018

L’exode des Canadiens français aux États-Unis entre 1840 et 1930

Publié le

Une photo de famille de Canadiens français vivant aux États-Unis.
La famille Champagne, des Canadiens français vivant à Waterford, dans l'État de New York, vers 1900   Photo : Waterfordimmigrants.org

Au 19e siècle et au début du 20e siècle, plus de 900 000 Canadiens français ont quitté leur mère patrie pour des raisons économiques et se sont établis en Nouvelle-Angleterre. Bien qu'environ la moitié d'entre eux soient revenus, leur déménagement a marqué les sociétés canadiennes et américaines. Le professeur d'histoire au Collège militaire royal du Canada à Kingston Jean Lamarre raconte cette vague d'émigration qui a pris fin avec la crise économique des années 1930.

C’est d’abord par manque de terres que des agriculteurs canadiens-français entament leur migration vers les États-Unis autour de 1840. S’ils s’y installent d’abord surtout temporairement, des familles entières émigrent dans des villes manufacturières de la Nouvelle-Angleterre à partir des années 1860 et 1870.

Bientôt, des réseaux migratoires facilitent l’installation des Canadiens français qui veulent travailler dans des usines américaines. Au cours des années 1880 et 1890, il y a ainsi 200 000 départs vers le Maine, le Vermont et le New Hampshire, mais aussi vers le Massachusetts et le Rhode Island.

Les Canadiens français qui veulent améliorer leur sort savent que dans des villes comme Manchester, Biddeford ou Lowell, il y a des réseaux d’amis ou de parenté qui pourront les aider dans leur intégration aux États-Unis.

Jean Lamarre, professeur d’histoire

Les « Petits Canada » éphémères

Jusqu’au début du 20e siècle, les Canadiens français vivant dans les villes américaines se regroupent dans des quartiers surnommés les « Petits Canada ». Ils y parlent leur langue, y ont des commerces, des écoles, et peuvent y pratiquer la religion catholique.

Après trois générations, les Canadiens français sont toutefois assimilés et cessent de parler leur langue d’origine. Ils se fondent à la majorité anglophone.

Aujourd’hui, la langue française est pratiquement disparue de la Nouvelle-Angleterre. On y parle un peu le français seulement à certains endroits.

Chargement en cours