Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 9 octobre 2018

Armand Frappier, pionnier de la microbiologie au Québec

Publié le

Le microbiologiste Armand Frappier se tient debout à côté d'équipements scientifiques.
Le microbiologiste Armand Frappier dans son laboratoire, en 1959   Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Gaby

Voir sa mère mourir de tuberculose a amené Armand Frappier (1904-1991) à consacrer son existence à lutter contre cette maladie. Inspiré par l'Institut Pasteur de Paris, il a créé en 1938 l'Institut de microbiologie et d'hygiène de Montréal, un centre de recherche qui portera son nom à partir de 1975. L'historien François Cartier raconte le parcours exceptionnel du microbiologiste, dont les vaccins ont sauvé des milliers de vies.

Armand Frappier fait ses études en médecine dans la discipline en plein essor de la microbiologie, appelée bactériologie au début du 20e siècle. Diplômé en 1930, il parfait sa formation à Rochester, aux États-Unis, puis en Europe, où il rencontre les créateurs d’un vaccin contre la tuberculose, le BCG (vaccin bilié de Calmette et Guérin).

L’objectif de produire des vaccins pour prévenir la tuberculose

Fort de nouvelles connaissances, le médecin revient à Montréal en 1933. Il devient chef des laboratoires de l’hôpital Saint-Luc et professeur de bactériologie à l’Université de Montréal. Il a alors pour objectif de développer au Québec le vaccin BCG contre la tuberculose.

En 1938, avec le soutien du gouvernement québécois, Armand Frappier fonde l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal. Contrairement aux laboratoires Connaught de Toronto, qui privilégie des vaccinations contre la tuberculose par groupes de citoyens, l’Institut entame peu à peu une vaccination systématique, volontaire et gratuite, accessible à toute la population québécoise.

L’essor de l’Institut fondé par Armand Frappier

Dans les années 1940, l’Institut de microbiologie et d’hygiène de Montréal diversifie ses activités. Armand Frappier décide de créer en 1945 la première école francophone d’hygiène au monde. Ces deux établissements jouent un rôle important dans la mise en place d’une communauté scientifique de langue française au Québec.

Armand Frappier sait s’entourer de chercheurs qui viennent l’épauler. Ce sera la recette de son succès pour le reste de sa carrière. Il aura des collaborateurs qui vont demeurer avec lui presque jusqu’à la fin et qui vont le soutenir dans ses efforts.

François Cartier, historien

En plus de tenter d’enrayer la tuberculose, l’Institut d’Armand Frappier produit des vaccins pour lutter contre la poliomyélite et l’influenza. Dans les années 1950 et 1960, ses laboratoires s’installent graduellement à Laval, où sont conçus et fabriqués des dizaines de produits médicaux.

Armand Frappier est assis dans un fauteuil de l'Institut de microbiologie qu'il a fondé.
Le médecin et microbiologiste Armand Frappier en 1979   Photo : Bibliothèque et Archives nationales du Québec / Adrien Hubert

Chargement en cours