Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 27 septembre 2018

Pauline Julien, l’interprète fougueuse qui voulait faire du Québec un pays

Publié le

Pauline Julien interprète une chanson en 1979.
Pauline Julien à l'émission Vedettes en direct, en février 1979   Photo : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty

Entre les années 1960 et 1980, Pauline Julien a incarné avec son amoureux Gérald Godin un Québec qui marchait vers la modernité et rêvait d'indépendance. Jacques Beauchamp retrace la vie de l'interprète des chansons Mommy et L'âme à la tendresse avec l'animatrice d'ICI Musique Monique Giroux, la comédienne Marie Tifo et la réalisatrice Pascale Ferland. Il s'entretient aussi avec son fils, Nicolas Galipeau, qui parle de la mère qu'a été la chanteuse.

Pauline Julien se rend en France en 1956 pour étudier le théâtre, mais c’est comme chanteuse qu’elle se fait remarquer. Dans des boîtes à chansons, elle y interprète des œuvres de Gilles Vigneault, de Boris Vian ou de Kurt Weill.

Pauline Julien tend le bras droit pendant que Jacques Galipeau lit un livre.
Pauline Julien et le père de ses deux enfants, le comédien Jacques Galipeau, lors d'une audition à Radio-Canada, en octobre 1957. Photo : Radio-Canada/Henri Paul

La chanteuse passe les six premières années de sa carrière en France et y sort son premier album, en 1961. L’année suivante, elle retourne au Québec, où elle est déjà connue, et enregistre l’album Enfin... Pauline Julien.

Une indépendantiste engagée

En 1964, Pauline Julien prend sa première position politique publique en refusant de chanter pour la reine Élisabeth II. Elle dit alors vouloir ne pas dissocier ses activités artistiques de ses convictions indépendantistes.

L’interprète poursuit son engagement pour la souveraineté du Québec avec l’amour de sa vie, Gérald Godin, qui est élu au Parti québécois en novembre 1976. La défaite référendaire de mai 1980 créera en elle une brisure. Il marque aussi le début de son problème d’aphasie.

- Au cours des dernières années, Marie Tifo et son mari, Pierre Curzi, ont fait connaître la correspondance amoureuse entre Pauline Julien et Gérald Godin dans le spectacle La renarde et le mal peigné.
- La réalisatrice Pascale Ferland a consacré un film à la chanteuse, Pauline Julien : intime et politique.

Un modèle de femme forte

Grande vedette en France et au Québec dans les années 1960 et 1970, Pauline Julien est aussi connue dans le Canada anglais. Passionnée des mots et de poésie, elle chante l’extension de sa pensée.

C’est [une femme] qui pouvait à la fois performer magnifiquement, être très sûre d’elle et galvaniser une foule, mais quand elle n’était pas en représentation, elle était extrêmement insécure.

Nicolas Galipeau, fils de Pauline Julien

L’interprète se retire de la scène graduellement dans les années 1980. Elle prend soin de Gérald Godin, qui meurt d’un cancer du cerveau en 1994. Privée de l’amour de sa vie et souffrant d’une aphasie dégénérative, elle se donne la mort le 1er octobre 1998. Vingt ans plus tard, elle sera perçue comme une Québécoise d’avant-garde qui osait s’exprimer librement.

Pauline Julien tient un micro devant elle lors qu'elle interprète une  chanson à une émission de télévision, en 1979.
Pauline Julien interprète une chanson à l'émission Vedettes en direct, en mai 1979. Photo : Radio-Canada/Jean-Pierre Karsenty

Chargement en cours