Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du jeudi 6 septembre 2018

Pina Bausch ou la danse de la vie

Publié le

La chorégraphe et danseuse Pina Bausch en mouvement.
En 1995, à Avignon, la chorégraphe allemande Pina Bausch danse dans son ballet Café Müller.   Photo : Getty Images / AFP / Anne-Christine Poujoulat

« Elle a révolutionné la danse et a changé le théâtre. Et c'est la seule artiste qui a réussi à faire ça sans même vouloir le faire. » La professeure de danse Andrée Martin parle de l'œuvre touchante de la chorégraphe allemande Pina Bausch (1940-2009) et souligne son importance dans l'histoire de la danse contemporaine.

Dès l’âge de 15 ans, Pina Bausch entre à la célèbre école artistique d’Essen, qui est dirigée par Kurt Joss, une grande figure de l’expressionnisme allemand. À la fin des années 1950, elle décroche une bourse du gouvernement allemand pour poursuivre des études à la Juilliard School de New York. Dès l’âge de 21 ans, elle danse au Metropolitan Opera et fait partie de l’American Ballet Theater.

Malgré son succès aux États-Unis, Pina Bausch décide de retourner à Essen rejoindre son mentor Kurt Joss. Elle est, entre autres, soliste dans un ballet emblématique de celui-ci, La table verte.

En 1973, on approche la danseuse pour diriger le ballet de Wuppertal. Elle s’installe dans cette ville et revisite de façon créative certains classiques comme Iphigénie en Tauride, Orphée et Eurydice et Le sacre du printemps.

Des danseuses de la troupe de Pina Bausch tendent les bras.
Répétition du Sacre du printemps réinterprété par Pina Bausch, en juillet 1995, à Avignon Photo : Getty Images/AFP/Anne-Christine Poujoulat

Barbe bleue et Café Müller

En 1977, avec Barbe bleue, Pina Bausch commence à faire de la danse théâtre. Cette pièce dérangeante aborde la violence que subissent les femmes. On y voit des femmes balancées par terre, s’écroulant, puis prisonnières de draps.

L’année suivante, la chorégraphe monte Café Müller, considérée par beaucoup comme son chef-d’œuvre. Elle y met en scène des hommes et des femmes qui communiquent par des mouvements répétitifs qu’elle tourne parfois en dérision.

Elle a changé la manière d’être sur scène. Elle a autorisé les danseurs qui parlent, qui marchent.

Andrée Martin, professeure de danse

La méthode de travail de Pina Bausch

Dans ses créations, Pina Bausch fait appel à la collaboration des danseurs et se met sur le même pied d’égalité qu’eux. La chorégraphe fonctionne beaucoup par essais et erreurs. Elle produit une quarantaine d’heures de matériel dansé, parlé et sonore avant d’arriver à reproduire sur scène des actions et des émotions montrant l’essence de l’être humain.

À la fin des années 1980 et au début des années 1990, Pina Bausch entreprend un travail monumental. Avec sa compagnie de Wuppertal, elle séjourne dans une dizaine de villes afin d’en faire revivre l’atmosphère. Des sons, des couleurs, des textures et des attitudes posturales observées servent de matériel à ces pièces originales.

Bande-annonce du film Pina, réalisé par Wim Wenders en 2011 :

Chargement en cours