Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 5 septembre 2018

Central Park et les grands parcs urbains d’Amérique du Nord

Publié le

Une illustration de Central Park vers 1875 où l'on voit des citadins, des carrosses et des chevaux.
Central Park vers 1875   Photo : Getty Images / Hulton Archive

En 1857, Central Park est devenu le premier d'une série de parcs publics créés pour améliorer la qualité de vie des citadins nord-américains. L'historien Harold Bérubé décrit le contexte d'aménagement de ces espaces verts dans la deuxième moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle. Il raconte aussi la création du parc du Mont-Royal, à Montréal.

Au 19e siècle, les grandes villes nord-américaines se dotent de parcs publics en réaction à l’étalement urbain et à l’industrialisation croissante. À New York, des membres de l’élite économique, dont des commerçants et des banquiers, font pression sur l’administration municipale pour faire construire un grand parc.

Dans ce qui va devenir une assez sinistre tradition urbaine aux États-Unis, on exproprie la grande majorité de la population afro-américaine et pauvre. On dégage comme ça 800 acres de terrain pour aménager un parc qui va rehausser le prestige de New York et les valeurs foncières des maisons.

Harold Bérubé, historien

Frederick Law Olmsted et Calvert Vaux conçoivent Central Park afin de donner aux New-Yorkais un coin de nature en ville. Les deux architectes paysagistes privilégient l’aménagement de paysages champêtres similaires à ceux qu’on trouve dans les jardins anglais.

Le parc du Mont-Royal, une création d’Olmsted

Compte tenu du succès de Central Park, Olmsted obtient des mandats pour concevoir des parcs ailleurs aux États-Unis. La Ville de Montréal lui demande de créer un grand parc, qui deviendra le parc du Mont-Royal. Au départ, il se montre réticent à aménager un parc sur un mont. Il est cependant vite charmé par les vues offertes sur la vallée du Saint-Laurent et sur la ville.

C’est une de ses œuvres importantes de par l’ampleur du territoire dont il dispose. Le caractère particulier de cette topographie, qui présente un obstacle au début, devient quelque chose qu’il met en valeur.

Harold Bérubé, historien

Créé en 1876, le parc du Mont-Royal est d’abord surtout fréquenté par la bourgeoisie. Il ne devient facilement accessible à tous les Montréalais qu’en 1930, lorsqu’une ligne de tramway le relie à l’est de la ville.

Des personnes admirent Montréal à partir du belvédère du mont Royal.
Le belvédère du parc du mont Royal au début du 20e siècle.   Photo : Archives de la Ville de Montréal / Edgar Gariépy

Chargement en cours