•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

La prise de la Bastille, un événement clé de la Révolution française

Audio fil du mercredi 29 août 2018
Une aquarelle montrant la prise de la Bastille.

Représentation de la prise de la Bastille où l'on peut voir voir l'arrestation du marquis Bernard-René Jourdan de Launay.

Photo : Bibliothèque nationale de France / Jean-Pierre Houël

Le 14 juillet 1789, une foule de Parisiens a réussi à prendre la Bastille avec l'appui de soldats des gardes-françaises. Cette prison était devenue le symbole de l'arbitraire royal. Le professeur d'histoire à l'Université du Québec à Trois-Rivières Laurent Turcot raconte la prise de la Bastille et explique son importance dans la Révolution française.

En mai 1789, les trois ordres de la France (l’aristocratie, l’Église et le tiers état) ne s’entendent pas sur la façon de réduire l’énorme dette du royaume. Contrairement à l’aristocratie et à l’Église, les députés du tiers état refusent de taxer le peuple et se disent prêts à réformer la société. Ils décident de constituer l’Assemblée nationale.

Le 12 juillet, Louis XIV renvoie Jacques Necker, un banquier suisse favorable à une approche selon laquelle tout le monde devrait payer des impôts. Ce jour-là, le roi fait masser des troupes étrangères autour de Paris afin d’éviter une révolte du peuple. L’attroupement aura un effet contraire sur les Parisiens, qui s’armeront par crainte de se faire tuer par les soldats.

Aux armes, citoyens

Le 14 juillet, une fois que la foule s’est dotée de fusils aux Invalides, elle se rend à la Bastille pour y obtenir de la poudre. Devant la prison, la foule reçoit l’aide des gardes-françaises, que le gouverneur de la prison, De Launay, attendait en renfort. Ces hommes, bien qu’ils soient soldats, sont plus proches de la cause du peuple que de l’arbitraire royal.

La journée se termine par une démonstration de violence. À 17 h, les pavés sont rouges de sang. Le peuple, par vagues successives, essaie de prendre la Bastille, défendue par 80 gardiens. Finalement, De Launay accepte la reddition. Il se fait décapiter dans la rue. Le prévôt des marchands, l’équivalent du maire de Paris, subit le même sort.

Quand le peuple a, pour la première fois, fait reculer le roi

Lorsqu’il apprend que la Bastille est tombée aux mains du peuple, Louis XVI décide d’être conciliant pour éviter de perdre la tête. Le 15 juillet, il quitte Versailles et se rend à Paris. Le 17 juillet, il rencontre le marquis de Lafayette, le commandant de la garde nationale qui a ordonné de détruire la Bastille.

La prise de la Bastille du 14 juillet 1789 devient au fil du temps une date importante de l’histoire de la France. À la même date, l’année suivante, on fête la fédération, lorsqu’on rassemble les forces vives de la nation pour créer de nouvelles dimensions politiques. Ce n’est toutefois qu’au 19e siècle que le 14 juillet devient la fête nationale des Français.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi