•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’étrange univers du cinéaste David Cronenberg

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30

L’étrange univers du cinéaste David Cronenberg

Audio fil du vendredi 13 avril 2018
En 2008, David Cronenberg pose pour une photo après une conférence de presse portant sur une adaptation de son film The Fly à l'opéra de Los Angeles.

Le réalisateur David Cronenberg en 2008

Photo : Associated Press / Damian Dovarganes

« C'est un cinéma qui ne ressemble à rien d'autre, extrêmement violent, mais en même temps très cérébral. Il plonge dans les pulsions humaines, mais aussi dans les névroses sociales. » La critique de cinéma Helen Faradji décrit l'œuvre singulière du réalisateur canadien David Cronenberg, à qui l'on doit les films Festin nu (1991), Crash (1996) et plus récemment La carte des étoiles (2014).

Cronenberg se fait d’abord connaître par ses films d’horreur ou de science-fiction auprès d’un public amateur de sensations fortes. Dans Scanners (1981), son premier véritable succès, il dépeint un monde où des gens peuvent lire et contrôler l’esprit des autres.

Déstabiliser le spectateur
Avec La mouche (1986), le réalisateur obtient une diffusion internationale. Il y raconte l’histoire d’un scientifique qui se transforme en mouche à cause d’une expérience qui dérive. Sorti en 1988, Alter Ego (Dead Ringers) contient tous les thèmes chers à Cronenberg : le double, la transformation d’un corps et la sexualité perverse. Deux jumeaux gynécologues très unis y sombrent dans la folie après que l’un d’entre eux refuse de partager une femme.

Bande-annonce du film Dead Ringers (en anglais) :

 
 

En 1991, son film Festin nu, d’après un roman de William Burrough, se déroule aussi dans un univers étrange. Avec la musique du compositeur Howard Shore, il amène le spectateur dans un voyage à l’intérieur d’un esprit torturé. Cronenberg marque aussi les esprits avec Crash (1996), où il montre la fascination qu’ont certaines personnes pour les accidents de voiture, une fascination qui provoque une excitation sexuelle. Le réalisateur reçoit pour ce film controversé le Prix spécial du jury à Cannes.

Dans les années 2000 et 2010, Cronenberg reçoit un bon accueil critique pour ses films Une histoire de violence, Cosmopolis et La carte des étoiles. Le cinéaste s’y éloigne de l’horreur pure et de la science-fiction pour exploiter davantage l’intériorité de personnages troublés.

Le cinéma de David Cronenberg est à la fois européen, parce que raffiné, cérébral, littéraire, très intellectuel, et un cinéma [aux racines américaines], avec une vraie efficacité.

Helen Faradji, critique de cinéma

Bande-annonce de La carte des étoiles (Map to the Stars) :

Les tribunes de Radio-Canada.ca font peau neuve

Les tribunes de Radio-Canada.ca sont actuellement fermées pour permettre de grandes rénovations destinées à rendre votre expérience encore plus agréable.

Quelques points à retenir:

  • Vos nom d'usager et mot de passe demeurent inchangés
  • Les commentaires publiés ces derniers mois seront transférés graduellement
  • La modération des commentaires se fera selon les mêmes règles.
Nous croyons que ce changement rendra votre expérience sur Radio-Canada.ca encore plus intéressante et interactive.

À plus tard!

L'équipe de Radio-Canada.ca

Vous aimerez aussi