Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mardi 6 mars 2018

La politique étrangère de Nixon, fin stratège capable du meilleur et du pire

Publié le

Dans un restaurant, le président américain trinque avec le premier ministre chinois Zhou Enlai lors de sa visite en Chine, en 1972.
Le président américain Richard Nixon trinque avec le premier ministre chinois Zhou Enlai lors de sa visite en Chine, en février 1972.   Photo : Getty Images / AFP

Au pouvoir de 1969 à 1974, Richard Nixon s'est illustré en améliorant les relations des États-Unis avec l'Union soviétique et la Chine. La politologue Karine Prémont décrit sa politique étrangère, assombrie par l'échec américain au Vietnam, et son rôle dans l'attentat contre Salvador Allende au Chili.

Un affrontement entre les États-Unis, l’Union soviétique et la Chine durant la guerre froide constitue la toile de fond de la politique étrangère de Nixon. À terme, les actions du président conduiront à un rapprochement des Américains avec les Soviétiques et les Chinois.

Pour arriver à ses fins, Nixon utilise les tensions entre la Chine et l’Union soviétique. Dès la campagne électorale de 1968, il noue des relations diplomatiques avec la Chine. Il se sert de celles-ci pour débloquer les négociations avec l’Union soviétique sur une réduction des armes stratégiques. Il fait sentir aux Soviétiques qu’ils peuvent avoir la Chine comme pays allié.

Un voyage historique en Chine et une période de détente avec l’URSS
Le 21 février 1972, Richard Nixon débarque en Chine. Son séjour bénéficie d’une grande couverture médiatique aux États-Unis. C’est la première fois qu’un président américain se rend en Chine. Il en profite pour faire du tourisme et visite la Grande Muraille.

Peu de temps après, en mai 1972, le dirigeant Léonid Brejnev invite Richard Nixon en Union soviétique. Progressivement, le président américain réussit à convaincre son homologue russe de freiner la prolifération des armes, une entente cruciale à une époque où plusieurs pays possèdent désormais l’arme nucléaire.

Ce farouche anticommuniste sera l’artisan d’un rapprochement avec le bloc communiste et la Chine de Mao.

Karine Prémont, politologue
Richard Nixon et sa femme Pat visitent les tombeaux d'empereurs de la dynastie Ming lors de leur séjour en Chine, en février 1972.
Richard Nixon et sa femme Pat visitent les tombeaux d'empereurs de la dynastie Ming, au nord-ouest de Pékin, en février 1972. Photo : Associated Press

Perte de contrôle en 1973
En 1973, le scandale du Watergate occupe complètement Richard Nixon. En plus de ne pas soutenir le Vietnam Sud comme il l’avait promis, il délègue à ses conseillers la gestion de la guerre du Kippour, au Moyen-Orient. Le fait qu’il ait permis l’interférence de la CIA pour empêcher Salvador Allende de prendre le pouvoir au Chili demeure une autre zone d’ombre de sa politique étrangère.

Chargement en cours