Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 17 janvier 2018

Jean-Paul II : un pape incontournable et inclassable

Publié le

Pape Jean-Paul II en 1997
Le pape Jean-Paul II en 1997   Photo : Associated Press / Andrew Medichini

Meurtri par sa jeunesse dans une Pologne communiste, épris de lettres et de culture, très sensible au sort des ouvriers, mais très traditionaliste au sujet des questions morales : le pape Jean-Paul II a été tout cela et plus encore. La professeure Catherine Foisy fait le portrait d'un souverain pontife difficile à cerner, ni vraiment conservateur ni vraiment progressiste.

Celui qui a battu tous les records du monde – premier Polonais à devenir pape, premier pape non italien depuis plus de quatre siècles, pape qui a le plus voyagé et qui a prononcé le plus grand nombre de discours – a aussi été, selon Catherine Foisy, « le porte-étendard d’une reconquête du catholicisme par la culture ».

Communisme et travail à l’usine
Le jeune Carol Wojtyla, qui a grandi en Pologne sous le joug communiste, est profondément marqué par son époque. Résultat? Dès sa nomination comme pape en 1978, il se montre incapable de reconnaître les courants socialistes qui s’agitent à l'intérieur de l'Église. Et ce, malgré une certaine sympathie pour les idées humanistes défendues par les factions plus gauchistes de l'institution.

Mais il n’est pas non plus du genre à célébrer le libre marché. Ayant été forcé de travailler à l’usine après ses études, il a été sensibilisé au sort de la classe ouvrière et se montre très critique des abus du capitalisme, toujours prompt à défendre les droits des petits travailleurs. On le voit aussi à maintes reprises dénoncer des régimes tyranniques et des abus de pouvoir, tout en militant pour la paix et pour le dialogue interreligieux.

Un homme de famille
Jean-Paul II est plus nettement conservateur sur la question de la morale sexuelle : sa pensée religieuse est ancrée dans une grande tradition catholique qui fait de la famille l’unité de base de la conception du monde. En résulte aussi un grand attachement pour la jeunesse, à qui il consacre une grande partie de son pontificat en mettant en place, notamment, les Journées mondiales de la jeunesse.

Homme charismatique et grand communicateur, il lance un grand mouvement de nouvelle évangélisation et s’en fait le premier porte-parole. Sa maîtrise du langage des médias et son goût pour les voyages font de lui un pape omniprésent, dont le souvenir demeure vif, plus de 10 ans après sa mort, survenue le 2 avril 2005.

Chargement en cours