•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Aujourd'hui l'histoire

Avec Jacques Beauchamp

Du lundi au jeudi de 20 h à 20 h 30
(en rediffusion le samedi à 00 h 30)

Marie Curie, une scientifique brillante dans un monde d'hommes

Audio fil du mardi 20 décembre 2016
Marie Curie regarde une fiole.

La professeure Marie Curie en 1925, dans le laboratoire de l'université de Paris

Photo : Getty Images

« Elle était à l'image de sa découverte, le radium. On dirait qu'il y avait un rayonnement qui émanait d'elle, qui lui était intrinsèque, une force, une persistance. Elle a toujours foncé. » La journaliste scientifique Marianne Desautels-Marissal raconte la vie de Marie Curie (1867-1934). Originaire de Pologne, cette travailleuse acharnée a été la première personne à mériter deux prix Nobel.

Maria Sklodowska, connue plus tard sous le nom de Marie Curie, naît à Varsovie le 7 novembre 1867. Elle grandit dans une famille issue de l'intelligentsia polonaise. Bonne élève, elle fréquente une université clandestine menée par des femmes. En 1891, elle s'installe à Paris et entame une licence à la Faculté de physique de la Sorbonne. Trois ans plus tard, elle rencontre Pierre Curie, avec qui elle développe une complicité amoureuse et professionnelle.

Un couple animé par la même passion
Pierre et Marie Curie se marient en 1895. Dans un vieux hangar, ils poursuivent des recherches qui leur permettent, en 1898, de découvrir le polonium et le radium. En 1903, ils reçoivent le prix Nobel de physique, également attribué à Henri Becquerel, pour leurs travaux sur la radioactivité.

Afin que leur découverte du radium puisse bénéficier à un maximum de gens, Pierre et Marie Curie refusent de la breveter. Ils acceptent même de donner à un industriel américain le protocole d'extraction de cet élément chimique, sans rien demander en retour. Par la suite, à une époque où les rayonnements sont en vogue, le radium est utilisé dans des crèmes de beauté et dans des stations thermales. Du camembert au radium est même commercialisé.

Des années difficiles
L'histoire d'amour entre les deux scientifiques se termine abruptement lorsque Pierre Curie meurt, en 1906, après avoir été frappé par une voiture à cheval. Anéantie, Marie Curie reprend les cours que son mari donnait à l'université et devient ainsi la première professeure titulaire de la Sorbonne. Elle s'investit à fond au laboratoire, alors qu'on la soupçonne de n'avoir été que l'assistante de son défunt mari. Elle veut prouver son savoir-faire.

La consécration
En 1911, Marie Curie reçoit le prix Nobel de chimie pour sa découverte du radium, un élément qui offre des possibilités remarquables dans le domaine de la santé. La célébrité de la scientifique atteint alors son paroxysme. Pendant la Première Guerre mondiale, elle sert la France en installant des postes de radiologie dans les hôpitaux. Elle crée aussi une flotte de voitures modifiées, appelées les petites Curie, qui permettent de faire des examens aux rayons X pour soigner les soldats.

Marie Curie meurt en 1934 d'une maladie du rein due au rayonnement du radium. Dans les années qui ont suivi la mort de son mari, elle a fondé l'Institut du radium et a beaucoup voyagé pour propager un message de paix et pour parler du rôle des scientifiques dans la société. En plus d'avoir mené une carrière exceptionnelle, elle a élevé une famille.

Telle mère, telle fille
L'une des deux filles de Marie Curie a suivi les traces de sa mère. En 1935, Irène Joliot-Curie a reçu, avec son mari, Frédéric Joliot, le prix Nobel de chimie, pour la découverte de la radioactivité artificielle. Son autre fille, Ève Curie, a été pianiste et a écrit une biographie sur sa mère.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Vous aimerez aussi