Vous naviguez sur l'ancien site
Aller au menu principal Aller au contenu principal Aller au formulaire de recherche Aller au pied de page
Ici Radio-Canada Première

Contrôleur audio

Extension Flash Veuillez vous assurer que les modules d'extension (plug-ins) Flash sont autorisés sur votre navigateur.

Chargement en cours

Jacques Beauchamp
Audio fil du mercredi 18 octobre 2017

Dick Cheney : un faucon à la Maison-Blanche

Publié le

Le 10 septembre 2007, Dick Cheney écoute George W. Bush lors d'une cérémonie.
Le vice-président Dick Cheney a eu un rôle influent au cours des deux mandats de George W. Bush à la présidence des États-Unis.   Photo : Getty Images / Mark Wilson

Le vice-président Dick Cheney a eu une énorme influence sous l'administration de George W. Bush, de 2001 à 2009. La politologue Karine Prémont décrit l'ascension au pouvoir, puis la dégringolade de cet homme redouté, puis critiqué. On a reproché à celui-ci les cicatrices laissées par la guerre d'Irak et la torture pratiquée dans des prisons américaines.

Diplômé en sciences politiques, Dick Cheney développe très jeune ses connaissances du pouvoir. En 1974, à 34 ans, il devient le chef de cabinet du président Gerald Ford. Puis, à partir de 1976, il siège comme représentant républicain du Wyoming pendant six mandats.

Prendre du galon
De 1989 à 1993, Dick Cheney est secrétaire à la Défense du gouvernement de George Bush père. Il doit alors prendre d’importantes décisions liées au démantèlement de l’URSS et à la guerre du Golfe.

Par la suite, il est PDG d’Halliburton, une importante compagnie pétrolière, puis fait partie d’un laboratoire d’idée conservateur. Au moment où George W. Bush le nomme vice-président, il a donc une solide expérience politique.

Les attentats du 11 septembre 2001, une occasion pour Dick Cheney
Les attentats terroristes de 2001 donnent l’occasion à Dick Cheney de mettre à profit ses connaissances du mode de fonctionnement de Washington. George W. Bush suit ses recommandations, notamment pour les nominations de Donald Rumsfeld et de Paul O’Neill dans son cabinet. Cheney est aussi l’une des voix les plus fortes au sein des réunions du conseil de sécurité nationale, là où s’élabore la politique étrangère américaine.

Un incident de chasse révélateur d’une perte d’influence
En 2006, Dick Cheney fait l’objet de moqueries lorsqu’il blesse par accident un de ses compagnons de chasse. L’événement révèle la diminution de l’influence de cet homme après la réélection de George W. Bush, en 2004.

Pendant son deuxième mandat, George W. Bush prend de l’assurance et considère désormais son vice-président à l’égal de ses autres conseillers. La relation de confiance entre les deux hommes se détériore à mesure que les décisions prises par Dick Cheney, sur la guerre en Irak ou sur les mauvaises conditions de détention à Guantanamo, sèment la controverse.

Le président se rend aussi compte que Cheney lui a caché les conséquences juridiques et politiques importantes du programme de surveillance exercé sur des citoyens américains. À la suite des attentats du 11 Septembre, tous les moyens étaient bons pour arrêter les coupables.

Chargement en cours